logo warm up f1
Grand Prix de Hongrie

Billet d’humeur : Un an déjà !

Jules Bianchi billet d'humeur Hongrie 2016 Un an après sa disparition, Jules Bianchi demeure dans toutes les mémoires des passionnés de F1.
facebooktwittergoogle_plus

Son sourire charmeur avait séduit l’ensemble du paddock de la Formule 1. Son talent hors-norme lui avait valu la reconnaissance de tous ses pairs. Bourreau de travail, éternel perfectionniste, Jules Bianchi n’en demeurait pas moins un jeune homme (presque) comme les autres. Un amoureux des choses simples et qui croquait à pleines dents une vie entièrement dévouée à sa passion de la course. Si sa gentillesse et sa grande timidité auraient pu lui valoir quelques mauvaises surprises dans un univers aussi impitoyable que celui de la catégorie reine, le natif de Nice avait su en faire une force pour s’imposer comme l’un des pilotes les plus respectés sa génération. Loué pour son mental d’acier et sa simplicité par l’ensemble des équipes qui ont eu la chance de le côtoyer lors de sa trop courte carrière en sport automobile, le petit-fils de Mauro Bianchi a également su s’attirer les faveurs du public qui voyait en lui l’espoir que la France attend depuis si longtemps maintenant. Aussi discret qu’attachant, Jules Bianchi avait pour lui cette aura naturelle et cette force de caractère unique qui lui avait permis de s’affranchir de tous les obstacles auxquels il avait été confronté. Parti beaucoup trop tôt rejoindre d’autres seigneurs de la course en raison de l’incompétence de la FIA et de l’entêtement de la FOM à ne pas modifier l’horaire de départ de ce maudit Grand Prix du Japon 2014, le pilote français reste encore aujourd’hui dans les mémoires de tous les passionnés de F1. Plus que son terrible crash de Suzuka, les amateurs de sport automobile préfèreront garder en tête le souvenir de son exploit monégasque. Celui qui aurait dû le propulser vers son rêve : rejoindre la mythique Scuderia Ferrari et devenir le premier champion du monde tricolore depuis Alain Prost. Un an déjà !

Andrea Noviello

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*