logo warm up f1
Grand Prix d’Espagne

Les Flops du Grand Prix d’Espagne

Mercedes the flop Espagne 2016 Plus d'un an après Spa, Lewis Hamilton et Nico Rosberg sont de nouveau allés au contact en Espagne.
facebooktwittergoogle_plus

Mercedes

Mercedes Flop

Lancée sur une formidable série de dix succès consécutifs depuis le Japon l’an dernier, Mercedes n’égalera pas dans l’immédiat les onze victoires historiques de McLaren en 1988. La faute au nouvel incident entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg. Alors que l’on croyait la situation apaisée après une saison 2015 sans anicroches majeures, il n’aura suffit que de cinq courses cette année pour raviver les tensions entre les deux pilotes de la firme à l’étoile. Pire, l’accrochage de Barcelone risque d’avoir des répercussions en interne autrement plus importantes que celles qui ont suivi le Grand Prix de Belgique 2014. Pas encore officiellement assuré de poursuivre son aventure avec l’écurie double championne en titre, Rosberg a néanmoins reçu le soutien du très respecté Niki Lauda à Barcelone, l’Autrichien n’hésitant pas à mettre en cause la responsabilité d’Hamilton dans l’accident du premier tour. Défendu comme l’avait été le triple champion du monde il y a deux ans après l’épisode de Spa-Francorchamps, l’Allemand sort ainsi renforcé d’une auto-élimination où il n’a aura pourtant pas été tout blanc. Exagérément agressif dans sa défense sur Hamilton, le fils de Keke porte au moins tout autant la responsabilité que le Britannique dans le désastre du virage 4. Le point de non retour entre les deux hommes a sans doute été atteint cette fois-ci et Toto Wolff devra jouer le fin psychologue pour éviter que la situation ne dégénère complètement entre les deux anciens amis d’enfance. Plus facile à dire qu’à faire.

Daniil Kvyat

Kvyat flop

Rétrogradé sans ménagement dans son ancienne équipe après ses bourdes à domicile, Daniil Kvyat a vécu un retour pour le moins compliqué chez Toro Rosso en Espagne. Logiquement en manque de repère dans la STR11, le Russe échoue dès la deuxième partie des qualifications, n’obtenant qu’un modeste 13ème temps à plus de huit dixièmes de son nouveau coéquipier Sainz. Crédité d’un envol moyen, le natif d’Oufa gagne néanmoins deux places grâce à l’auto-élimination des Mercedes et achève le premier tour au 11ème rang. Incapable de venir à bout de la Haas de Grosjean devant lui, le champion 2013 de GP3 stoppe au 9ème passage afin de monter les pneus mediums. Retombé en 19ème position, le pilote flanqué du numéro 26 éprouve alors toutes les peines du monde à se défaire d’adversaire pourtant bien moins rapide que lui. En manque de rythme, il bascule sur une stratégie à trois arrêts en anticipant son deuxième passage par les box au 25ème tour. De nouveau rejeté en queue de peloton, l’ancien protégé d’Helmut Marko parvient cette fois à remonter dans la hiérarchie. 9ème avant son dernier pit-stop dans la 51ème boucle, le pilote Toro Rosso signe deux boucles plus tard le premier meilleur tour en course de sa carrière avant d’arracher le point de la 10ème place à Gutierrez sur un superbe dépassement par l’extérieur à trois tours de l’arrivée. Problème, l’époustouflante 6ème position de son coéquipier Sainz éclipse totalement sa bonne fin de Grand Prix et le place déjà dans une situation très inconfortable au sein de l’écurie sœur. Sale période.

Kevin Magnussen

F1 - SPAIN GRAND PRIX 2016

Opportuniste il y a deux semaines à Sotchi, Kevin Magnussen a connu un Grand Prix d’Espagne autrement moins productif. Capable de se hisser en Q2, il décroche le 15ème chrono avec trois dixièmes de marge sur son coéquipier Palmer, le Danois tire parti de la mésaventure des Mercedes pour récupérer deux places à l’issue du premier tour. Pas en mesure de menacer la Force India d’Hulkenberg devant lui,  le pilote Renault marque son premier changement de gommes au 10ème tour et repart équipé en pneus mediums. Rejeté en 18ème position, le champion 2013 de F3.5 amorce une lente et pénible remontée qui le conduit jusqu’au 12ème rang dix boucles plus tard. Facilement éliminé par Gutierrez, le Nordique prend le pari de monter les gommes durs lors de son deuxième passage par les stands au 30ème tour. Audacieux, son choix ne s’avèrera finalement pas payant puisqu’après un interminable relais de 25 tours, le fils de Jan doit de nouveau stopper à son box. Reparti le couteau entre les dents en pneus tendres, l’ancien protégé de Ron Dennis élimine Nasr dans l’avant dernier-tour avant de tenter une manœuvre quelque peu audacieuse sur son coéquipier Palmer à l’amorce de la chicane. Sanctionné de dix secondes de pénalité sur son temps final pour son attaque ratée, Magnussen termine finalement en 15ème position et manque l’opportunité de définitivement asseoir son autorité dans le giron de la marque au losange. Encore trop irrégulier.

Felipe Nasr

Spanish GP Friday 13/05/16

L’éclaircie n’aura guère duré bien longtemps pour Felipe Nasr. Alors que l’arrivée du nouveau châssis lui avait permis de faire illusion à Sotchi, le Brésilien est retombé bien bas sur le sélectif tracé de Catalunya. Plus véloce que son coéquipier Ericsson dans chacune des trois séances libres, le natif de Brasilia échoue juste derrière son voisin de garage dans l’exercice du tour chronométré, terminant à une peu reluisante 20ème position. Crédité d’une bonne mise en action qui lui permet de glaner quatre places au départ, le protégé de Steve Robertson cède logiquement à l’attaque de Massa dans la 5ème boucle. Revenu au 8ème rang à la faveur de la première salve des changements de gommes, le pilote Sauber s’arrête finalement au 12ème tour, tombant en 19ème et avant-dernière position. L’Auriverde prolonge au maximum son deuxième relais, avec l’espoir de pouvoir terminer en trombe une fois chaussé de pneus flambants neufs. Hélas pour lui, son train medium flanche avant qu’il ne retourne à son box, lui faisant perdre deus places au profit de Grosjean et Kvyat. 17ème à l’issue de son ultime pit-stop au 36ème passage, il s’offre en fin de Grand Prix un duel épique avec son coéquipier dont il sortira finalement perdant. Tancé par le Suédois pour sa conduite agressive, Nasr achèvera son pénible après-midi à une triste 15ème place avant d’être reclassé 14ème à la faveur de la sanction infligé à Magnussen. De plus en plus inquiétant.

Andrea Noviello

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*