logo warm up f1
Grand Prix de Monaco

Les Tops du Grand Prix de Monaco

Hamilton top Monaco Lewis Hamilton a offert un véritable récital avant de se voir injustement trahi par son équipe.
facebooktwittergoogle_plus

Lewis Hamilton

Hamilton top 2

Le rendez-vous monégasque n’est décidemment pas tendre envers le double champion du monde. Furieux l’an dernier de ne pas avoir pu défendre ses chances à la régulière en raison du coup de Trafalgar de Rosberg en qualification, Lewis Hamilton n’a cette fois pas laissé la moindre chance à son coéquipier de lui rejouer un mauvais tour dans l’exercice du tour chronométré. Étincelant en qualification où il colle trois dixièmes à l’Allemand et pousse ce dernier à la faute, le Britannique a tout mis en œuvre en course pour faire fructifier sa première pole position en terre monégasque. Envol parfait, gestion idéale du trafic, sérénité en toute circonstance, même quand ses freins ont dangereusement surchauffé derrière les retardataires, le natif de Stevenage a littéralement écrasé son coéquipier pendant 64 tours avant que son écurie ne décide de venir gâcher la fête. Étourdissant de facilité sur le tourniquet princier, le pilote Mercedes a dominé ce week-end de la tête et des épaules et aurait dû repartir de Monaco fort de l’une de ses plus belles démonstrations en F1. Au lieu de ça, Hamilton ne récolte qu’une maigre 3ème place en lot de consolation et voit revenir Rosberg à dix longueurs au championnat. Une véritable injustice tant il aura éclaboussé cette sixième manche de son immense talent. Vainqueur moral à défaut de vainqueur tout court.

Daniil Kvyat

Kvyat top 2

Sous le feu des critiques depuis son arrivée chez Red Bull, Daniil Kvyat a enfin justifié sa promotion chez les quadruples champions du monde dans les rues sinueuses de Monaco. Très bon en qualification où il égale son meilleur résultat en décrochant la 5ème position derrière son coéquipier Ricciardo, le Russe a confirmé en course, chose qu’il n’avait jamais su faire jusque-là. Opportuniste au départ où il profite de la défense de Vettel et de son bon envol pour subtiliser la 4ème place à l’Australien, le natif d’Oufa va mener une course solide derrière le trio de tête. Relégué à 13,5 secondes du leader Hamilton dès le 24ème tour, le pilote flanqué du numéro 26 effectue son unique passage par les stands quatre boucles plus tard et ressort au 9ème rang derrière la McLaren de Button. Très pressant sur l’Anglais, le champion 2011 de GP3 va patiemment attendre l’arrêt de ses adversaires pour retrouver la 4ème position au 39ème tour. Jamais réellement menacé, il laisse volontairement passer son chef de file Ricciardo, sur ordre de son équipe, à cinq tours du but, avant de logiquement récupérer son bien dans l’ultime boucle. Convaincant 4ème, Kvyat signe son résultat le plus probant en F1 et ajoute douze points à son compteur personnel qui lui permettent de grimper de la 13ème à la 8ème place au championnat pilote. Il était temps.

Sergio Perez

Motor Racing - Formula One World Championship - Monaco Grand Prix - Thursday - Monte Carlo, Monaco

Sermonné par les commissaires en Malaisie pour son accrochage avec Grosjean, Sergio Perez a visiblement retrouvé depuis quelques courses la sagesse qui lui avait permis de si souvent briller au volant de la Sauber. Passé au travers de toutes les embûches d’un week-end monégasque qui n’en a pas manqué, le Mexicain a réussi là où son coéquipier Hulkenberg a failli : profiter des caractéristiques du tracé monégasque pour offrir à son écurie de précieux points au championnat. Épatant 7ème chrono des qualifications devant les Toro Rosso et les Lotus, « Checo » réalise un très bon envol et conserve sa place en dépit de l’attaque de Maldonado au premier virage. Rapidement débarrassé de la menace du Vénézuélien, le pilote Force India se bâtit un confortable pécule d’avance sur son poursuivant Verstappen. Propulsé au 6ème rang pendant huit tours après l’arrêt au stand de Kvyat, le natif de Guadalajara retrouve sa position initiale au sortir de son unique passage par les box à la fin du 36ème tour. Pas en mesure d’inquiéter Ricciardo devant lui, le Sud Américain se contentera d’économiser de l’essence avant de tenter un coup de poker en rentrant chausser les pneus super tendres au moment de l’intervention de la voiture de sécurité. Sans succès. Brillant 7ème, Perez gonfle son capital point de six unités supplémentaires et permet à Force India de repasser devant Lotus et Toro Rosso au classement constructeur. Un sans-faute.

Jenson Button

Jenson Button.

Auteur de sa pire entame de championnat d’un point de vue comptable depuis sa catastrophique saison 2007 au volant de la Honda, tiens donc, Jenson Button a enfin mis fin au calvaire de McLaren en offrant à l’écurie britannique ses tous premiers points de l’année en Principauté. Crédité de sa meilleure qualification en 2015 avec le 12ème chrono, le champion du monde 2009 a pourtant critiqué la mythique équipe anglaise pour ne pas l’avoir fait sortir suffisamment tôt à son goût pendant la Q2, le privant ainsi d’une possible accession en Q3. Propulsé à la 10ème place sur la grille de départ à la faveur des pénalités infligées à Sainz et Grosjean, le natif de Frome ne gagne aucune position à l’extinction des feux, mais profite de l’abandon précoce de Maldonado pour grimper d’un rang. En difficulté avec ses pneus arrière lors de la fin de son premier relais, le pilote McLaren stoppe au 36ème tour et repart en 8ème position, bien aidé par l’arrêt catastrophique de Verstappen quelques boucles plus tôt. Esseulé pendant toute la deuxième partie de course, l’Anglais tente, lui aussi et sans plus de succès que les autres, le pari de chausser les pneus super tendres lors de l’entrée en piste de la safety-car au 65ème passage. Solide 8ème, Button s’adjuge ses quatre premiers points de l’année et redonne du baume au cœur à un tandem McLaren-Honda toujours en très grande souffrance. Encourageant.

Andrea Noviello

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*