logo warm up f1
Interview

Anne Giuntini : « Hamilton a face à lui un vrai battant » (2/2)

Anne Giuntini 2 Anne Giuntini juge la prestation fournie par Honda déplorable et désolante.
facebooktwittergoogle_plus

Plume inimitable et reconnue du seul quotidien sportif français depuis 1987, Anne Giuntini peut se targuer d’avoir connu l’âge d’or de la Formule 1. Toujours autant passionnée d’une discipline à laquelle elle aura consacré plus de 28 ans de sa carrière, le grand reporter de L’Équipe dissèque la 8ème course de la saison en Autriche. De l’impérial succès de Nico Rosberg, à la déception Ferrari, en passant par les malheurs de Red Bull et McLaren ou de la crise actuelle de la catégorie reine : la journaliste aux 28 saisons de F1 analyse en exclusivité pour Warm-up F1 les moments forts de ce week-end autrichien.

McLaren a accumulé les ennuis mécaniques en Autriche et a vu ses deux monoplaces abandonner après neuf tours. Pensez-vous le tandem McLaren-Honda capable de se relever d’une première partie de saison aussi catastrophique ?

Non, hélas. Je pense que vu le niveau actuel de Honda, ils ne se relèveront pas en deuxième partie de saison. J’en suis quasiment certaine. Je ne sais pas du tout comment Honda travaille maintenant, mais ils n’ont clairement aucune capacité de réaction. Ou alors quand ils réagissent c’est à la vitesse d’un escargot. Et à cette vitesse là, ils seront toujours aussi mauvais à la fin du championnat qu’ils ne le sont actuellement. On nous a raconté qu’on avait demandé à Button de s’arrêter pour épargner son moteur, or son propulseur est cassé. Honda fournit une prestation absolument désolante, déplorable, que personne ne pouvait imaginer avant leur retour. Et on se demande ce qu’il se passe chez eux. On dirait qu’ils sont complètement fossilisés, qu’ils n’ont pas pris conscience de ce qu’était la Formule 1 moderne, de ses exigences, du niveau de réactivité qui était nécessaire ou encore du niveau d’investissement qu’avait leurs adversaires Mercedes, Ferrari, Red Bull.

Comment expliquez-vous le piètre niveau de performance du motoriste japonais ?

On a l’impression qu’ils sont repliés dans leur monde, recroquevillés sur eux-mêmes, qu’ils ne font confiance qu’en eux-mêmes, qu’ils n’entendent rien ni personne. Je ne doute pas que chez McLaren on leur explique un certain nombre de choses sur les processus de travail, de rapidité d’exécution et manifestement ils n’écoutent pas. La catastrophe c’est clairement Honda. Je ne crois pas qu’ils se redresseront cette saison. Je suis même certaine qu’ils ne feront rien de bien cette année. Et s’ils progressent la saison prochaine, contrairement aux espoirs d’Alonso et Button, ce ne sera pas de façon radicale. Tiennent-ils un discours de façade l’un et l’autre ou pensent-ils vraiment  y arriver ? Je ne le sais pas. Mais je crois que même l’année prochaine ils ne seront pas très bon. La situation de Honda est très grave.

« Envie de voir Hulkenberg dans une vraie bonne équipe »

Nico Hulkenberg a rayonné tout le week-end et enregistré son meilleur résultat de la saison. Sa superbe performance en course conjuguée à son exceptionnel succès aux 24 heures du Mans vont-ils lui permettre de relancer une carrière en légère perte de vitesse depuis deux ans et lui ouvrir enfin les portes d’un top team ?

Un top team je n’y crois pas vraiment. Il y aurait effectivement Ferrari. Est-ce que la Scuderia choisirait Bottas ou Hulkenberg ? En tout cas, on aurait envie de le voir dans une vraie bonne équipe. C’est certain. II a un vrai talent, c’est quelqu’un de bien et un pilote de grande qualité. Les 24 Heures du Mans représentent un peu un lot de consolation par rapport à tout ce qu’il aurait déjà dû avoir dans sa carrière. Est-ce que ça lui permettra de rebondir ? Je l’espère pour lui. Et si ce n’est dans un top team, au moins dans une écurie de qualité ce qu’a été Force India à un moment donné et qu’elle n’est plus vraiment faute de moyens. C’est vrai que c’est une situation difficile pour Hulkenberg parce que les portes des tops team, il y en a pas beaucoup d’ouvertes. Il n’y aurait guère que Ferrari, mais il est plus âgé que Bottas et il a également un passé un peu plus long en F1. Honnêtement je ne sais pas si cette bonne spirale peut l’aider, mais je lui souhaite.

La Formule 1 traverse actuellement l’une des plus sérieuses crises de son histoire. De nombreuses solutions ont été proposées pour redonner de l’attrait à la discipline : moteur plus puissant et plus bruyant, pneus plus large, aérodynamique renforcée, look plus agressif … mais on n’évoque jamais les tracés. L’indigence des circuits modernes n’explique-t-elle pas en partie la perte de séduction de la F1 ? Ne faudrait-il pas revenir à de vraies pistes d’hommes ?

On peut déplorer que certains circuits aient disparu du championnat. On peut également regretter que certains tracés qui y figurent toujours aient été remaniés au nom de la sécurité. On ne peut pas déplorer l’augmentation de la sécurité, mais on peut regretter qu’ils aient quand même été dénaturés. Je pense que la crise de la F1 va bien au-delà de toutes ces histoires. C’est quasiment une crise, je ne vais pas dire spirituelle, mais c’est l’âme de la F1 qui est partiellement partie. C’est l’âme d’un sport mécanique qui était dangereux et qui est désormais devenu une profession pour les pilotes, qui est devenu un moyen d’ascension sociale pour un certain nombre de gens qui travaillent dans les écuries, qui est devenu une bataille d’égo entre des patrons d’écuries que j’ai connu comme Ron Dennis, comme Frank Williams qui vivaient pour leur équipe et à travers elle. On en voit aujourd’hui qui sont simplement là pour faire une carrière, pour se faire valoir dans les médias, pour exister simplement. Et on n’a plus cette âme, cette fraternité que l’on trouve encore dans d’autres sports comme la moto. Heureusement qu’il en reste.

« La F1 creuse sa propre tombe »

Quels autres griefs adresserez-vous à cette F1 contemporaine ?

L’autre chose qui me paraît totalement déraisonnable, c’est l’aérodynamique. Je ne comprends pas. On parle sans arrêt de réduire les coûts. La première chose qui permettrait de réduire les coûts et de redonner du spectacle ce serait d’arrêter ces développements aérodynamiques. Ils coûtent une fortune ! Alors effectivement la plupart des aérodynamiciens qui se régalent avec leurs exercices de style et d’ingénieurs sont basés en Angleterre. Ce sont eux qui mènent la Formule 1 et ils n’ont pas envie de renoncer à l’aérodynamique. Or, on n’autoriserait que trois ou quatre développements aérodynamiques dans l’année, on partirait d’une aéro assez simple avec un développement à Monaco qui est particulier, un autre pour Monza qui est encore particulier et en fin de saison on aurait des voitures qui n’auraient pratiquement pas évolué d’un point de vue aérodynamique. Là déjà on retrouverait du spectacle, on retrouverait des pilotes qui se font plaisir et on économiserait de l’argent. C’est un peu mon cheval de bataille. Je trouve aussi que la F1 est devenue beaucoup trop compliquée à comprendre pour le public et trop complexe à expliquer pour nous les journalistes. Si on arrivait à la simplifier ce n’en serait que mieux.

Croyez-vous possible une simplification de cette Formule 1 si technologique ?

On est allé tellement loin dans la complexité que je ne sais pas si on reviendra en arrière, ni si on en aura les moyens et la volonté. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a rien de plus simple à comprendre et à aimer qu’une course sans stratégie sophistiquée où l’on envoie les voitures en piste avec le plein d’essence, avec un train de pneus et les meilleurs pilotes font la différence comme Senna, comme Prost ou comme Clark. Tous ces pilotes faisaient la différence à leur époque en gérant leurs pneus, leurs matériels, leur quantité d’essence. Et le public comprend. Il y a un départ, une arrivée, il n’y a pas d’arrêt au stand, il n’y a pas de stratégie complexe. On supprime les radios de bord. Est-ce que les pilotes motos ont des radios de bord ? Non. Les pilotes motos décident eux-mêmes leur stratégie. Et j’estime que ce serait beaucoup mieux comme ça. Je pense que la F1 est allée beaucoup trop loin et qu’elle creuse elle-même sa propre tombe. Mais si ce qui intéresse les promoteurs c’est de se rendre à l’autre bout du monde afin de gagner de l’argent peu importe la qualité du spectacle, la beauté des circuits et tout ce dont je viens d’évoquer, à ce moment là qu’elle suive son chemin, mais je ne le suivrais pas avec elle.

Propos recueillis par Andrea Noviello

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*