logo warm up f1
Interview

Michèle Mouton : « Une démonstration de grande classe de la part d’Ogier » (1/3)

Michèle Mouton WSLA Michèle Mouton considère que la nouvelle réglementation technique a amplement rempli son rôle.
facebooktwittergoogle_plus

Lauréate de la deuxième édition du Monaco World Sports Legends Award, Michèle Mouton revient sur la trépidante saison 2017 du WRC.

Elle est arrivée dans le monde de la course par hasard au détour d’une rencontre lors d’un banal concert de rock. Elle y a pourtant laissé une trace indélébile. Première femme à s’imposer durablement au plus haut niveau, Michèle Mouton est même passée tout près de la couronne mondiale en rallye au cours d’une saison 1982 restée dans les annales de la discipline. Finalement battue aux points par Walter Röhrl (l’Allemand comptant deux victoires contre trois à la Française en fin d’année) alors qu’elle venait tout juste d’apprendre la disparition de son père, celle que l’on a surnommé « le Beau Volcan noir » pendant sa carrière n’a pas pour autant tout perdu au moment de son revers ivoirien. Bien au contraire. En devenant la première et jusque-là l’unique femme vice-championne du monde des rallyes, l’ancienne pilote Audi a obtenu l’immuable estime de toute la gente masculine. Et décroché le statut de légende. Toujours aussi dévouée à la cause du « sexe faible », la Grassoise s’occupe désormais de promouvoir le rôle des femmes en sport automobile pour le compte de la FIA. Également impliquée dans la sécurité des rallyes, elle officie en tant que Manager Général du WRC depuis 2011, Michèle Mouton veille à la bonne santé de son sport de prédilection. Avec dévotion et passion. C’est ainsi en toute logique que « la Sorcière Blanche » a accepté de se pencher sur une saison 2017 exceptionnellement disputée et qui aura vu le roi Sébastien Ogier mater une concurrence plus redoutable que jamais.

Après une logique période de réflexion, Sébastien Ogier a annoncé la prolongation de son contrat chez M-Sport pour un an. Le pilote tricolore a-t-il selon vous reçu toutes les garanties nécessaires afin de pouvoir défendre dans de bonnes conditions sa couronne mondiale en 2018 ?

Je le pense d’autant qu’il a déjà remporté le titre l’an dernier avec cette équipe. M-Sport est engagée en championnat du monde depuis de très nombreuses saisons maintenant. On peut presque considérer cette équipe comme un constructeur tellement elle s’est montrée performante en 2017. Bien sûr, Malcolm Wilson et ses hommes n’ont pas les mêmes moyens qu’une grande marque, mais ils parviennent à assumer. Sébastien a très certainement pris toutes ses précautions afin de disposer des meilleures conditions possibles pour jouer un nouveau championnat du monde cette saison.

En rejoignant une écurie privée après le retrait de Volkswagen, Ogier s’était lancé un défi complètement fou : réussir là où seul le grand Ari Vatanen avait su triompher auparavant. Imaginiez-vous son challenge réalisable en début de saison dernière ?

Connaissant les qualités de Sébastien et le sérieux de l’équipe M-Sport, j’estimais ce défi réalisable oui. L’arrivée de nouvelles voitures constituait la seule véritable inconnue. On ignorait totalement quel serait le niveau de chaque auto. Mais on s’est très vite rendu compte après le Monte-Carl’ que les machines développées par l’écurie britannique étaient au top. Le reste ne fut qu’une démonstration de grande classe de la part d’Ogier. Rien n’était facile pour lui. Sébastien a toutefois encore prouvé son grand talent en s’imposant comme il l’a fait.

Le Gapençais est un peu plus rentré dans la légende du WRC en coiffant une cinquième couronne mondiale au volant d’une machine globalement moins performante que celle de ses adversaires. Que lui manque-t-il désormais pour devenir l’égal du géant Loeb ?

(Elle réfléchit un instant) Il doit juste continuer. Sébastien en est déjà à cinq titres, il n’est plus très loin de Loeb (rires). Remporter cinq couronnes consécutives représente déjà une sacrée performance en soi, car ils sont peu nombreux à pouvoir se targuer d’avoir accompli la même prouesse en championnat du monde. Ogier reste derrière Loeb aujourd’hui. En revanche, s’il poursuit encore un petit moment sa carrière, je ne vois pas ce qui pourrait l’empêcher d’égaler Loeb un jour.

« Thierry (Neuville) est un bon pilote. Il deviendra un grand pilote un jour, mais il a très certainement payé son manque d’expérience dans la course au titre l’an passé »

La saison 2017 a été pour le moins disputée puisque sept pilotes différents se sont imposés au moins une fois. Doit-on imputer une telle homogénéité à la nouvelle réglementation technique entrée en vigueur l’an dernier ?

Je le crois oui. Ces nouvelles autos sont plus puissantes, elles ont également un look beaucoup plus intéressant. Mais elles sont surtout plus faciles à piloter. Comme elles se sont également révélées très fiables, les pilotes ont pu davantage se mettre en lumière. Il est bien évidemment regrettable que Volkswagen se soit retirée de la compétition, mais en un sens ce départ a été une aubaine pour le championnat. Il a permis à toutes les équipes de se battre pour la victoire et d’atteindre un niveau quasiment similaire. C’est ce qui a rendu ce championnat aussi fantastique.

Globalement, la nouvelle donne technique a été bien accueillie par le milieu même si certains fans grincheux ont pointé du doigt le retour du différentiel central électronique ou la trop forte augmentation de la charge aérodynamique des voitures. La FIA était-elle obligée d’en passer par là pour accroître aussi sensiblement la performance des autos ou aurait-elle pu opter en faveur d’autres solutions ?

Je ne suis pas technicienne, mais il existe probablement d’autres solution pour accroître la vitesse des voitures. La fédération a choisi cette voie-là et le résultat est sans appel : on a eu le plus beau championnat labellisé FIA. La direction prise était donc la bonne. Les pilotes sont très satisfaits de la nouvelle réglementation. Il n’y aura pas de retour en arrière (rires).

Thierry Neuville a très certainement bénéficié du meilleur package tout au long de l’année avec sa Hyundai comme en atteste ses 4 succès et ses 56 victoires de spéciales. En laissant filer un titre largement à sa portée n’a-t-il pas montré ses limites face à un pilote d’une implacable régularité comme Ogier ?

Thierry est un bon pilote. Il deviendra un grand pilote un jour, mais il a très certainement payé son manque d’expérience dans la course au titre l’an passé. Ses deux grosses erreurs du Monte-Carlo et de Suède lui ont évidemment coûté très cher. Il le sait. L’expérience est primordiale en rallye. Je suis convaincu qu’il ne répétera pas les mêmes fautes cette saison.

Propos recueillis par Andrea Noviello

Mouton atelier peinture

Michèle Mouton croyait en un possible exploit de l’ogre Ogier avant l’entame de la saison 2017.

facebooktwittergoogle_plus

1 Commentaire le Michèle Mouton : « Une démonstration de grande classe de la part d’Ogier » (1/3)

  1. Merci … un vrais plaisir à lire …
    ça change des babillages de la F1 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Solve : *
26 − 20 =