logo warm up f1
Les F1 de légende

Ferrari F2004 : le rouleau compresseur (1/2)

Ferrari F2004 Schumacher Brésil Michael Schumacher empoche 13 victoires au volant de la magnifique F2004 et coiffe son 7ème titre.
facebooktwittergoogle_plus

Cinquantième Formule 1 construite dans les usines de Maranello, la Ferrari F2004 constitue l’apogée de la domination technologique de la Scuderia. Conçue par le trio Rory Byrne-Ross Brawn-Aldo Costa, la monoplace italienne va atomiser la concurrence grâce à une aérodynamique parfaite et une fiabilité exemplaire. Rendue intouchable par sa faculté à économiser ses pneus Bridgestone, elle rafle 15 victoires et 12 pole positions lors d’une saison 2004 marquée au fer rouge.

Installée au sommet de la Formule 1 depuis l’entame du second millénaire, Ferrari s’est transformée au fil des années en véritable machine de guerre. Menée d’une main de fer par Jean Todt, la Scuderia est parvenue à effacer 21 ans de disette dans la quête du titre de champion du monde pilote et n’a depuis plus jamais été vaincue par quiconque. Paroxysme de la domination outrancière des hommes de Maranello, la saison 2002 a vu Michael Schumacher coiffer sa cinquième couronne mondiale dès la 11ème épreuve de la saison en France. Face à ce raz de marré rouge, la FIA a été contrainte de revoir sa réglementation en profondeur afin de redonner un peu d’attrait à une discipline placée sous le joug de l’écurie la plus titrée de l’histoire.

Disputé comme jamais, l’exercice 2003 voit huit pilotes différents s’imposer dans un championnat de nouveau dominer par le duo Schumacher-Ferrari. Ébranlée par une jeunesse insouciante (avec en fer de lance Kimi Räikkönen, Juan-Pablo Montoya ou Fernando Alonso) et le retour au premier plan des pneus Michelin, la forteresse transalpine a dangereusement vacillé au point que certains observateurs n’hésitent pas à annoncer la fin de son règne à l’aube de l’année 2004. Imbattable depuis la saison 2000, la Scuderia serait-elle rassasiée, voir blasée par la conquête de cinq titres constructeurs et quatre couronnes pilotes consécutifs ? Que nenni ! Plus déterminée que jamais à asseoir sa domination sur la F1, la doyenne des écuries inventorie pendant l’hiver les faiblesses de la F2003-GA (en hommage à Giovanni Agnelli) dans le but d’élaborer la meilleure des Ferrari jamais construite.

Un chef d’œuvre d’aérodynamisme

Répondant au nom de code 655, le nouveau projet des têtes pensantes de Maranello s’inspire directement de la sublime F2002 et tend à corriger les défauts de sa devancière. Longue et agressive, la F2003-GA se montrait également trop exigeante avec ses gommes, une carence qui a failli lui coûté le titre face à la montée en puissance des équipes chaussées par Michelin. Déjà très étroit depuis le début de leur collaboration en 1999, le partenariat technique entre Bridgestone et Ferrari s’intensifie encore d’avantage pendant l’intersaison 2004 afin de ne plus revivre les difficultés de l’an dernier. Dessinée par le trio Rory Byrne-Ross Brawn-Aldo Costa, la F2004 affiche une aérodynamique particulièrement léchée et mise sur la miniaturisation à outrance de ses organes internes.

Boîte de vitesse, transmission, châssis, suspension : la chasse aux kilos superflus n’épargne aucunes pièces de la dernière création de la Scuderia. Dotée d’un centre de gravité plus bas, elle bénéficie d’une meilleure répartition des masses à la faveur d’un très long, l’équipe ayant pris le pari de repousser au plus tard la sortie en piste de son dernier bébé, et minutieux travail en soufflerie. Équipée de toutes nouvelles suspensions à l’avant comme à l’arrière, la F2004 opte également pour un empattement moins long toujours dans l’optique d’améliorer le comportement dynamique de la voiture et de mieux utiliser ses gommes Bridgestone. Autre modification de taille : le 053, ultime évolution du moteur Ferrari, a lui aussi subi une importante cure d’amaigrissement grâce à l’emploi de nouveau matériaux.

Andrea Noviello

Ferrari F2004 Rubens Barrichello Imola

La Ferrari F2004 reprend les échappements en périscope qui avaient fait le succès de la F2002.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*