logo warm up f1
Les F1 de légende

Ferrari F2004 : le rouleau compresseur (2/2)

Ferrari F2004 Rubens Barrichello Hongrie Rubens Barrichello signe avec la F2004 le tour le plus rapide de l'histoire à 260,395 km/h de moyenne.
facebooktwittergoogle_plus

Cinquantième Formule 1 construite dans les usines de Maranello, la Ferrari F2004 constitue l’apogée de la domination technologique de la Scuderia. Conçue par le trio Rory Byrne-Ross Brawn-Aldo Costa, la monoplace italienne va atomiser la concurrence grâce à une aérodynamique parfaite et une fiabilité exemplaire. Rendue intouchable par sa faculté à économiser ses pneus Bridgestone, elle rafle 15 victoires et 12 pole positions lors d’une saison 2004 marquée au fer rouge.

Adapté aux nouvelles règles en vigueur, les moteurs devant désormais couvrir l’intégralité du week-end soit près de 700 km contre 350 km auparavant, le bloc Ferrari réalise pourtant un nouveau pas en avant en termes de performance sans pour autant renier une fiabilité si chère aux yeux de Jean Todt. Réalisé en fusion de titane, la boîte de vitesse conserve ses sept rapports, mais ne jouit plus de passages automatiques comme c’était le cas depuis la libéralisation de l’électronique en 2002. Cette contrariété technique n’entravera en rien le potentiel de la bête. Bien au contraire. Si la F2004 ne prend la piste que très tardivement tout en cultivant malicieusement le secret, Ferrari choisit, contrairement aux deux précédentes saisons, d’aligner sa nouvelle voiture dès l’ouverture du championnat.

Et pour cause la dernière née des ateliers de Maranello a pulvérisé le record du tour du tracé d’Imola dès le mois de février avant de descendre sous la barre symbolique des 56 secondes sur la piste de Fiorano (0’55’’999) aux mains de Michael Schumacher. En pole position lors de la manche d’ouverture devant son coéquipier Rubens Barrichello, l’Allemand ouvre son année sur une démonstration. Redoutable d’efficacité et extrêmement fiable, la F2004 a cloué le bec à tous ses détracteurs et démontré dans les rues de Melbourne son impitoyable suprématie. Le scénario se répète deux semaines plus tard en Malaisie à ceci près que « Rubinho » n’accompagne pas le « Baron rouge » sur la première ligne en qualification et sur le podium en course. L’anomalie est corrigée dès la troisième manche à Bahreïn où le duo de la Scuderia s’offre un doublé péremptoire, rejetant la concurrence à près de 30 secondes.

La Ferrari la plus victorieuse de l’histoire

Premier pilote à faire trébucher Schumacher dans l’exercice du tour chronométré à Imola sur les terres de Ferrari, Jenson Button ne pourra que constater la supériorité de la dernière création des ateliers de Maranello le lendemain en course. La maestria du « Kaiser » et la finesse stratégique de la Scuderia ayant fait le reste. Si on excepte le couac monégasque, Schumacher abandonne après avoir été percuté par Juan-Pablo Montoya dans le tunnel sous régime de voiture de sécurité tandis que Barrichello termine à plus d’une minute du vainqueur Jarno Trulli, la F2004 affiche un bilan quasi parfait de 12 victoires en 13 Grand Prix aux mains de « Schumi ». Symbiose parfaite de vitesse, fiabilité et d’agilité, la monoplace rouge  imprime sa domination sur tous les circuits du calendrier et ne doit son sacre tardif (enfin tout est relatif) à Spa qu’au nouveau barème de points entré en vigueur depuis 2003.

Logiquement sacré pour la septième fois de sa carrière sur la piste de ses débuts en F1, Schumacher laissera ensuite à son coéquipier brésilien le loisir de faire briller la création du trio Byrne-Brawn-Costa. Titrée championne du monde des constructeurs une sixième fois consécutive, la Scuderia totalise en fin de saison 262 unités soit plus que le duo Bar-Renault (224) ou que les sept autres équipes réunies (216). De son côté Schumacher (148) compte près du double de points sur le troisième Button (85). Souveraine d’un bout à l’autre du championnat, la monoplace italienne aura raflé 15 victoires, 12 pole positions et 14 meilleurs tours en course. Des chiffres qui donnent le tournis et qui font encore à ce jour de la F2004 la Ferrari la plus victorieuse de l’histoire.

Andrea Noviello

Ferrari F2004 Michael Schumacher Allemagne

La Ferrari F2004 tire sa force d’une aérodynamique parfaite et d’une fiabilité à toute épreuve.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*