logo warm up f1
Saga Schumacher

Hockenheim 1995 : le prophète allemand

Michael Schumacher Allemagne 1995 Sans rival dans son fief d'Hockenheim, Schumacher coiffe sa toute première victoire à domicile.
Facebooktwitter

Débarrassé de la concurrence de son rival Hill dès l’entame du deuxième tour, Michael Schumacher reprend sa marche triomphale dans cette saison 1995 lors de son Grand Prix à domicile. Intouchable en course, le pilote Benetton décroche son premier succès en Allemagne et s’envole irrémédiablement au championnat.

Accroché par son rival au championnat Damon Hill lors du dernier Grand Prix en Grande-Bretagne, Michael Schumacher a vu sa belle série de trois succès en quatre courses s’arrêter net sur les terres du Britannique. Si son avance au championnat demeure confortable, l’Allemand possédant onze longueurs de plus que le fils de Graham, elle ne lui autorise aucun relâchement pour autant. Et le protégé de Willi Weber a bien l’intention d’asseoir un peu plus sa domination sur cette saison 1995 à l’heure où le paddock prend la direction de son Allemagne natale. Souvent placé sur le circuit ultrarapide d’Hockenheim, il compte une troisième place en 1992 et une deuxième place en 1993, le pilote Benetton n’a toutefois encore jamais goûté aux joies d’un succès à domicile. Les statistiques sont encore plus terribles pour le pays du chancelier Helmut Kohl.

Jamais un pilote germanique n’a posé son nom au palmarès de l’épreuve allemande depuis la création du championnat du monde en 1950. Déterminé à enfin combler ce manque, le natif d’Hürt-Hermülheim s’y emploie dès le vendredi après-midi, gratifiant ses très nombreux supporters d’une première qualification haletante. Sept pilotes, dont le « petit Mozart de la F1 », vont successivement se relayer aux avant-postes dans une séance qui verra l’identité du poleman changer à 14 reprises. Finalement devancé par les deux Williams, le poulain de Flavio Briatore va pourtant réussir à s’intercaler entre les deux monoplaces dessinées par Adrian Newey le lendemain. Galvanisé par le soutien de son public, l’enfant prodigue de Kerpen réalise un tour de toute beauté qui lui octroie le deuxième temps à seulement 80 millièmes de la pole position détenue par Hill.

La fin d’une très longue attente

Auteur d’un envol correct depuis le côté sale de la piste, « Schumi » ne parvient cependant pas à chiper les rênes de la course à Hill lors de l’extinction des feux. Légèrement distancé par le Britannique à l’issue du premier tour, le pilote de 26 ans est propulsé en tête dès l’entame de la deuxième boucle après l’embardée de la Williams de l’Anglais dans le premier virage. Délivré de sa plus grande menace, l’Allemand peut alors sereinement mettre en place sa stratégie. Son dauphin David Coulthard ne représentant pas une sérieuse menace, le protégé de Willi Weber décide d’opter pour deux arrêts contre un seul à l’Écossais. Bien que risqué de prime abord, le choix du pilote Benetton s’avérera une nouvelle fois être le bon. S’il ne réussit pas à distancer l’Écossais en début de Grand Prix, le natif d’Hürt-Hermülheim va profiter d’une monoplace plus légère en carburant et d’un premier pit-stop expéditif pour définitivement s’envoler après l’unique ravitaillement du pilote Williams à son box dans le 25ème tour.

Appliquant avec maestria les consignes de son mentor et stratège Ross Brawn, le « petit Mozart de la F1 » sort la grosse attaque avant son retour par la case stand, se construisant au fil des boucles une avance suffisante pour ressortir devant la machine de Coulthard. Si l’Écossais restera jusqu’au bout à portée de tir de la B195, l’écart entre les deux hommes fluctuant autour des cinq secondes, il ne privera pas le poulain de Flavio Briatore d’un premier succès sur ses terres. Submergé par l’émotion, « Schumi » cale dans le virage 1, quelques mètres seulement après avoir franchi la ligne d’arrivée en vainqueur. Tiré à la ficelle par un véhicule d’intervention tout au long de son tour d’honneur, l’enfant prodigue de Kerpen rallie finalement les stands sous les ovations de ses innombrables supporters. Avec désormais 15 succès à son actif, Schumacher dépasse dans les annales les mythiques Graham Hill, Emerson Fittipaldi et Jack Brabham. Tout un symbole.

Andrea Noviello

Michael Schumacher Hockenheim 1995

Tiré par une dépanneuse lors son tour d’honneur, Schumacher savoure son triomphe allemand.

Facebooktwitter

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*