logo warm up f1
Saga Schumacher

Spa 1991 : la naissance d’une étoile

Michael Schumacher Belgique 1991 Michael Schumacher signe des débuts retentissants à Spa avec le 7ème chrono des qualifications.
facebooktwittergoogle_plus

Appelé chez Jordan en remplacement de Bertrand Gachot incarcéré par la police britannique à la suite d’une altercation avec un taxi londonien, Michael Schumacher effectue ses grands débuts dans la catégorie reine sur le mythique tracé de Spa-Francorchamps en 1991. Subjuguant 7ème temps dès sa première qualification au volant d’une F1, le jeune allemand va voir son Grand Prix tourner court en raison d’une rupture de son embrayage dans le premier tour.

Repéré par le directeur d’AMG Domingo Piedade en 1988 alors qu’il écume la piste familiale de Kerpen, Michael Schumacher jouit déjà d’une belle côte auprès des spécialistes au moment où Eddie Jordan lui confie la tâche de remplacer au pied levé Bertrand Gachot incarcéré quelques heures plus tôt par la police britannique à la suite d’une altercation avec un chauffeur de taxi londonien. Troisième du très relevé championnat d’Allemagne de F3 dès sa première saison dans la discipline, vainqueur haut la main l’année suivante, le jeune allemand s’est également distingué en remportant le mythique Grand Prix de Macao, non sans avoir envoyé dans le décor son futur grand rival Mika Häkkinen.

Crédité du record du tour des 24 Heures du Mans pour son unique participation à l’épreuve mancelle, l’habituel pilote Mercedes en Endurance effectue ses premiers tours de roue au volant d’une Formule 1 à Silverstone, cinq jours seulement avant le Grand Prix de Belgique. Sidérant de calme et incroyablement rapide, le natif d’Hürt-Hermülheim subjugue les ingénieurs de l’écurie britannique au point que certains se demandent même si le tracé n’a pas été modifié depuis leur dernière visite. Obligés de s’incliner devant le talent du jeune prodige, les adjoints d’Eddie Jordan poussent l’excentrique team manager de l’écurie éponyme à recruter la pépite de Mercedes.

Sans complexes

Quelque peu réticent à l’idée de jeter dans le grand bain un rookie sur l’impitoyable juge de paix des Ardennes, Jordan se résout finalement à aligner Schumacher moyennant une importante contribution financière (on parle tout de même de 150 000 livres sterling soit près de 214 000 euros) de la part de la firme à l’étoile. Conscient du potentiel hors norme du pilote de 22 ans et rassuré par les dires de ce dernier, l’Allemand ayant quelque peu contourné la vérité en affirmant qu’il avait déjà roulé à Spa-Francorchamps alors qu’il ne s’y était rendu que dans la peau d’un simple spectateur, l’Irlandais place Schumacher aux côtés de l’expérimenté Andrea De Cesaris dans le baquet de la sublime 191.

Propulsé dans l’univers des Grand Prix avec une journée d’essai pour seule préparation, Schumacher se met immédiatement en évidence sur l’exigeant tracé belge. Sans complexes, le petit protégé de Willi Weber devance son coéquipier De Cesaris dès sa première qualification en Formule 1, collant même sept dixièmes au vétéran italien. L’exploit est retentissant. Le paddock tombe sous le charme du jeune prodigue. Qualifié en septième place sur la grille, « Schumi » gagne une position au départ et amorce la célèbre montée de l’Eau Rouge dans les roues de Piquet. Hélas, son embrayage rend l’âme avant même qu’il ne puisse compléter son premier tour en F1. Peu importe : l’essentiel est assuré. L’assurance et la pointe de vitesse de Schumacher ont impressionné tous les acteurs de la catégorie reine. Une star est née.

Andrea Noviello

Quatrième temps lors du warm-up, Schumacher est contraint à l'abandon dès le premier tour du Grand Prix de Belgique.

Quatrième lors du warm-up, Schumacher est contraint à l’abandon dès le premier tour en course.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*