logo warm up f1
Sport Automobile

12ème Grand Prix de Monaco Historique : histoire éternelle

Après trois ans d'attente, le Grand Prix de Monaco Historique est enfin de retour en 2021.
Facebooktwitter

Annulé l’an dernier pour cause d’épidémie mondiale du Covid 19, le Grand Prix de Monaco Historique effectue son grand retour en 2021 du 23 au 25 avril. Centrée autour de la Formule 1, cette douzième édition célèbre également le soixante-dixième anniversaire de la première victoire de Ferrari en championnat du monde.

Cette fois, la parenthèse désenchantée est belle et bien tournée. Purement et simplement annulé l’an dernier en raison de l’épidémie mondiale du Covid 19, le Grand Prix de Monaco Historique revient sur le devant de la scène en 2021 (du vendredi 23 au dimanche 25 avril. Ndlr) avec un casting remanié, mais non moins alléchant. Soucieux de maintenir le prestige de son épreuve en dépit de toutes les contraintes liées à la crise sanitaire, l’Automobile Club de Monaco a réussi la prouesse de rassembler un plateau de quatre-vingt-dix participants (170 coureurs étaient initialement prévus au programme. Ndlr) et quelques-unes des voitures les plus mythiques de l’histoire du sport automobile.

« C’est un très grand soulagement parce que l’on a travaillé dix-huit mois sur le précédent Grand avant qu’il ne soit annulé, confie le Président de la Commission des Voitures de Collection de l’ACM, Géry Mestre. On a, ensuite, planché une année entière sur cette édition et on est très heureux d’être arrivé au bout. On a de très belles voitures, c’est très varié. Alors certes la quantité n’y est pas, mais la qualité oui. » Bugatti 35 B, Maserati 250F, Jaguar C Type, Lotus 21, Matra MS120, McLaren M23 ou encore Williams FW07B : les amoureux de voitures anciennes vont replonger deux jours et demi durant dans la glorieuse histoire de la course au son des étourdissants V8, V12 et autres moteurs quatre cylindres. Toujours scindé en sept catégories différentes (des voitures de Grand Prix d’avant-guerre, aux voitures de sport en passant par les Formule 1 de la fin des années 70. Ndlr), ce Grand Prix de Monaco Historique douzième du nom joue la carte de la continuité, mais n’oublie pas pour autant de se renouveler comme en témoigne l’hommage rendu à la plus renommée des écuries de F1 : Ferrari.

Alesi et Arnoux en guest-stars

Initialement programmée en 2020, date du soixante-dixième anniversaire de la création du champion du monde de Formule 1, cette célébration en grande pompe de la mythique Scuderia tombe finalement à point nommée puisque l’écurie italienne fête cette année les 70 ans de sa toute première victoire en Grand Prix (succès signé par l’Argentin José-Froilán Gonzáles lors du Grand Prix de Grande-Bretagne 1951. Ndlr). Non content de retrouver les modèles les plus emblématiques de la marque (Dino 246, 250 Mille Miglia, 1512 ou encore la 312 B3 chasse-neige. Ndlr), les inconditionnels du Cheval Cabré auront également le bonheur de pouvoir admirer volant en main deux anciens Ferraristes en la personne de René Arnoux et de Jean Alesi. « On est d’autant plus content de les avoir avec nous qu’ils sont très sympathiques, affirme Géry Mestre. Ils appartiennent à une génération de pilotes qui n’a pas la grosse tête. Ils sont même flattés d’être ici. »

Engagés l’un comme l’autre en Série F (voitures de Grand Prix F1 3L de 1973 à 1976.Ndlr) sous le pavillon du Methusalem Racing, les deux Français vont tenter d’affoler le chronomètre à bord de l’inoubliable 312 B3 qui vit le grand Niki Lauda rafler deux victoires lors de la saison 1974. Alex Caffi (ancien pilote F1. Ndlr), Marco Werner (triple vainqueur des 24 Heures du Mans. Ndlr) et Jean-Denis Delétraz (ancien pilote F1. Ndlr) viennent également s’ajouter à ce tableau prestigieux, garantissant de facto un spectacle de haute volée aux 6500 spectateurs privilégiés (l’accès est réservé aux résidents, salariés et aux clients des hôtels monégasques. Ndlr) qui viendront garnir samedi et dimanche les tribunes installées tout au long des 3,337 km de l’impitoyable tracé princier.

Andrea Noviello

René Arnoux renoue avec le pilotage d’une Formule 1 à bord de la mythique Ferrari 312 B3 de Lauda.

Facebooktwitter

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*