logo warm up f1
Les Grand Prix d'Australie inoubliables

Adelaïde 1993 : Senna-Prost la réconciliation

Prost Senna Australie 1993 Après cinq ans de rivalité, Prost et Senna signent la paix des braves sur le podium d'Adelaide.
facebooktwittergoogle_plus

Le championnat du monde de Formule 1 reprend ses droits ce dimanche 26 mars à Melbourne. Inscrite au calendrier depuis 1985, la manche australienne est rentrée dans l’histoire de la catégorie reine grâce à des Grand Prix d’anthologie. Entre des conditions météorologiques apocalyptiques et des renversements de situation inimaginables, l’épreuve située aux antipodes a été le théâtre de courses au scénario complètement fou. Focus sur l’édition 1993 et la réconciliation historique entre les deux légendes Ayrton Senna et Alain Prost.

Sacré champion du monde de Formule 1 pour la quatrième fois de sa carrière depuis le Grand Prix du Portugal, Alain Prost entend quitter la catégorie reine par la grande porte lui qui a annoncé la fin de sa carrière lors de ce même week-end à Estoril. Privé de la victoire au Japon par son rival et ennemi juré Ayrton Senna, le « Professeur » compte bien rendre l’appareil au Brésilien sur le circuit d’Adelaïde théâtre de l’ultime rendez-vous du championnat 1993. Déçu de ne pas avoir pu pacifier ses relations avec le pilote McLaren sur le podium de Suzuka, le Tricolore veut également mettre à profit cette dernière manche de la saison pour enfin tirer un trait sur cinq années d’une rivalité exacerbée. Lassé par des années de polémiques et de déclarations tapageuses par presse interposée, le « Petit Napoléon » espèrent définitivement mettre les choses à plat afin de quitter la F1 l’esprit totalement libéré.

Galvanisé par son récent succès au Japon et par son futur transfert chez Williams après deux ans d’une cours assidue, mais infructueuse, auprès du team de Sir Frank, le Pauliste affiche des ambitions similaires à celles du Français. Bien décidé à offrir un dernier succès de prestige à son équipe avant de partir chez l’ennemi juré, le triple champion du monde prend un malin plaisir à contrecarrer les plans de son futur ex-adversaire. Alors qu’il n’avait jamais pu rivaliser avec ces imbattables Williams dans l’exercice du tour chronométré pendant tout le reste de l’année, Senna tire brillement parti des nets progrès effectués par la MP4/8 pour s’offrir la 62ème pole position de sa carrière, la toute première depuis le Grand Prix du Canada 1992. Relégué à la deuxième place quatre dixièmes derrière la McLaren de son rival, Prost n’a pas pour autant dit son dernier mot et demeure confiant pour la course.

Le geste de Senna

Pas perturbé le moins du monde par la double annulation de la procédure de départ, Ukyo Katayama et Eddie Irvine ayant tous les deux calé sur la grille obligeant la direction de course à renvoyer les pilotes pour un nouveau tour de formation, Senna s’envole parfaitement à l’extinction des feux et conserve la tête devant la Williams du Français. En seulement cinq tours, le Brésilien se bâtit une confortable marge de 2,7 secondes sur son adversaire. Sept boucles plus tard, l’écart entre les deux hommes grimpe de deux secondes avant de redescendre à son niveau initial au moment où Jean Alesi parvient finalement à venir à bout de la Ferrari de son coéquipier Gerhard Berger. Malgré tous ses efforts, le « Professeur » ne parvient pas à ramarrer le natif de Sao Paulo et ce ne sont pas les arrêts au stand qui changeront la donne. Bien au contraire.

Empêtré dans le trafic à chaque fois au pire moment, Prost accuse près de 30 secondes de retard sur Senna après la deuxième valse des changements de pneus. Cette fois la messe est dite. Même s’il réduit volontairement la cadence en fin de Grand Prix, le Pauliste conquiert sereinement son 41ème et dernier succès en F1. Apaisé lors de son arrivée dans l’antichambre du podium, le triple champion du monde effectue un premier pas vers son rival en tendant la main à Prost. Hilares au moment de grimper sur le podium, Ron Dennis leur ayant demandé à tous les deux s’ils ne veulent pas reconsidérer leurs plans pour la saison 1994, les deux plus grands champions de la dernière décennie se réconcilient aux yeux de tous après que Senna ait invité Prost à le rejoindre sur la première marche du podium. La hache de guerre est cette fois définitivement enterrée et emporte avec elle la période la plus glorieuse de l’histoire de la discipline reine du sport automobile.

Andrea Noviello

Ayrton Senna Australie 1993

Ayrton Senna coiffe à Adelaide le 41ème et dernier succès de sa carrière en Formule 1.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*