logo warm up f1
Grand Prix du Canada

Billet d’humeur : C’est bientôt la fin ?

Billet d'humeur Canada 2017 Le binôme McLaren-Honda est peut-être en train de vivre les dernières heures de sa collaboration.
facebooktwittergoogle_plus

Annoncée en grande pompe le 16 mai 2013, la reconstitution du mythique binôme McLaren-Honda avait de quoi faire saliver les puristes et les amoureux de l’âge d’or de la Formule 1. Imaginer le retour de l’un des tandems les plus victorieux de l’histoire (8 titres mondiaux, 44 victoires, 53 pole position et 91 podiums) représentait forcément une excellente nouvelle pour une discipline en grande perte de vitesse depuis plusieurs années. Marquée par sa dernière saison ratée au côté de son partenaire historique Mercedes, l’écurie basée à Woking fondait de gros espoirs dans l’arrivée du motoriste nippon. Si la firme à l’étoile avait dès l’introduction de la nouvelle motorisation hybride placé la barre très haut, le team dirigeait par Éric Boullier entendait très rapidement mettre un terme à la domination annoncée des flèches d’argent. Quelle ne fut pas sa déception. Accablées par les ennuis techniques, les machines anglaises n’ont jamais pu en trois ans venir se mêler à la lutte aux avant-postes. Pire, le manque de chevaux délivrés par le groupe propulseur japonais a même condamné des pilotes de la trempe de Fernando Alonso et de Jenson Button, deux champions du monde s’il vous plaît, à se morfondre dans les bas-fonds de la hiérarchie. Entre l’incapacité des ingénieurs de Sakura à fournir de véritables améliorations à leur V6 turbo et la frustration grandissante de leurs homologues anglais, il ne pouvait y avoir qu’une seule issue logique à ce mariage retentissant : le divorce. Lassée par les promesses non tenues et l’aggravation du niveau de performance de ses machines, McLaren s’est logiquement tournée vers le motoriste auquel elle avait ouvertement tourné le dos à l’issue de l’exercice 2014 sous prétexte de ne pas bénéficier d’un traitement digne de son statut. Bien qu’encore au stade des pourparlers, la recomposition du duo McLaren-Mercedes semble aujourd’hui suffisamment avancée pour clore le peu glorieux chapitre McLaren-Honda. C’est bientôt la fin ?

Andrea Noviello

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*