logo warm up f1
Saga Schumacher

Suzuka 1997 : la 100ème rugissante

Michael Schumacher Japon 1997 Michael Schumacher rejoint le grand Jackie Stewart en coiffant son 27ème succès à Suzuka.
facebooktwittergoogle_plus

Dans le doute après trois contreperformances consécutives, Michael Schumacher renoue avec la victoire à l’occasion du Grand Prix du Japon 1997. Porté par une stratégie parfaite et l’aide précieuse de son coéquipier Irvine, l’Allemand récupère la tête du championnat le jour de son 100ème Grand Prix en F1.

Salué par tout le microcosme de la Formule 1 après son époustouflante prestation sous la pluie de Francorchamps, Michael Schumacher aborde la dernière partie de la saison 1997 en position de force au championnat. Avec onze points d’avance sur son unique rival Jacques Villeneuve, l’Allemand peut légitimement croire en ses chances de sacre. Gonflé à bloc par son triomphe belge, le pilote Ferrari va pourtant lourdement redescendre de son nuage. La faute à une F310B complètement hors du coup en cette fin de championnat. Sujette à une importante surchauffe de ses gommes, la monoplace créée par John Barnard souffre également toujours de son manque de stabilité en entrée de courbe. Un mal qui va se vérifier en Italie comme en Autriche et qui va contraindre « Schumi » à se contenter de deux modestes sixièmes places. Et le pire est à venir.

Accroché par son frère Ralf au départ du Grand Prix d’Europe, le natif d’Hürt-Hermülheim enregistre son troisième résultat blanc de l’année le jour où son rival Jacques Villeneuve signe, lui, une deuxième victoire consécutive après celle récoltée sur le flambant neuf A1-Ring. En seulement trois courses ce 48ème championnat de l’histoire a complètement changé de physionomie. Dépossédé de la tête du classement par le Québécois, l’ancien poulain de Flavio Briatore accuse de surcroît neuf longueurs de retard sur le pilote Williams avant de se rendre à Suzuka théâtre de l’avant-dernière manche de l’année. Si le « Baron Rouge » n’a désormais plus son destin entre les mains, deux secondes places suffisent à Villeneuve pour être titré, il compte bien capitaliser sur les nouveautés apportées sur sa machine pour prolonger ses chances de sacre. Outre un tout nouveau système de contrôle électronique de l’accélération, la F310B adopte au Japon un aileron avant particulièrement flexible.

Une victoire d’équipe

Conséquence (ou non) de ces améliorations, les Ferrari retrouvent subitement de leur superbe. Battu d’un souffle (62 millièmes) par Villeneuve en qualification, « le Kaiser » prendra une cinglante revanche en course. Ouvertement bloqué par le Canadien en début de Grand Prix, le « petit Mozart de la F1 » laisse astucieusement passer son coéquipier Eddie Irvine dans le 2ème tour afin de contraindre son rival à adopter une cadence plus soutenue. Si le pilote Williams ne l’entend pas de cette oreille, son opération bouchon va finalement se retourner contre lui. Passé en tête, Irvine se bâtit une impressionnante avance de 12 secondes en seulement trois boucles tandis que derrière le champion du monde 1995 attend patiemment son heure. Pas à prêt à prendre tous les risques en piste pour se défaire de Villeneuve, le fer de lance de la Scuderia mise sur l’efficacité de ses stratèges pour virer devant le Québécois à sa sortie des boxes.

L’opération est un succès. Stoppé au 18ème passage, soit deux boucles avant le Canadien, « Schumi » élimine le pilote Williams lorsque ce dernier ressort de son pit-stop. Irvine peut dès lors s’effacer devant son leader et jouer le rôle d’équipier modèle. L’Irlandais bouchonne allégrement Villeneuve, permettant à son chef de file de s’envoler en tête. Confortablement assis sur un matelas de 7,2 secondes d’avance, l’Allemand exécute sereinement son second ravitaillement au 33ème tour avant de récupérer les rênes du Grand Prix. Ni le retour de son compatriote Heinz-Harald Frentzen en fin d’épreuve ni un Damon Hill peu disposé à le laisser passer malgré son tour de retard ne l’empêcheront de glaner le 27ème succès de sa carrière. Villeneuve (5ème) étant finalement exclu pour accumulation de non-respect des drapeaux jaunes, Schumacher récupère la tête du championnat pour un petit point. La finale de Jerez s’annonce d’ores et déjà bouillante.

Andrea Noviello

Michael Schumache Suzuka 1997

Avec sa victoire au Japon, Michael Schumacher reprend les commandes du championnat.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*