logo warm up f1
Formule E

Course : Da Costa au finish

Brillant de bout en bout, Antonio Felix da Costa signe à Monaco la 6ème victoire de sa carrière en FE.
Facebooktwitter

Surpris par une manœuvre audacieuse d’Evans à quinze minutes de l’arrivée, Antonio Felix da Costa a attendu le tout dernier tour de course pour récupérer la tête et remporter le ePrix de Monaco. Vainqueur pour la première fois de la saison, le pilote DS Techeetah devance la Virgin de Robin Frinjs et la Jaguar d’un Mitch Evans passé tout proche de la panne d’énergie sur la fin.

La dernière fois qu’il avait arraché la pole position, sa course s’était terminée en eau de boudin. Parti depuis le sommet de la grille lors du premier meeting organisé sur le circuit Ricardo-Tormo de Valence, Antonio Felix da Costa avait vu sa très nette domination en terre espagnole brisée nette par la faute d’une réglementation technique mal pensée. Dépossédé, comme l’ensemble de ses petits camarades de jeu, d’une quantité non négligeable d’énergie à la suite de la cinquième et dernière intervention de la voiture de sécurité, le pilote DS Techeetah perdait par la même occasion toute chance de s’imposer sur le cinquième ePrix de l’année, sa monoplace franchissant péniblement la ligne d’arrivée à la septième place.

Disqualifié après coup par les commissaires en raison d’une surconsommation d’énergie (le comble !), le Portugais s’était juré de prendre sa revanche sur le sort dès qu’une opportunité se présenterait à lui. Et il a parfaitement tenu parole. Dominateur pour la deuxième fois de l’année dans l’exercice de la qualification, le champion en titre a, cette fois, magnifiquement converti sa pole position en victoire, décrochant au terme d’un dépassement de toute beauté sur la Jaguar de Mitch Evans sa toute première victoire en 2020/2021. « C’était sans doute le dépassement le plus risqué de ma carrière en Formule E, savoure l’ancien membre du Red Bull Junior Team en conférence de presse d’après course. J’y suis allé, mais je ne pensais pas que ça passerait. Je savais que cette course serait très dure en matière de gestion d’énergie et elle l’a été. Notre stratégie a été parfaite. »

Frinjs prend la tête du championnat

Vainqueur pour la sixième fois de sa carrière en Formule E, Da Costa réalise un spectaculaire bond avant au championnat puisque le natif de Cascais grimpe de la quatorzième à la quatrième place du classement pilote à la faveur de son succès monégasque. Désormais nanti de 52 points, le pilote de 29 ans se relance complètement dans la course au titre et profite des malheurs des pilotes Mercedes (Nyck de Vries a renoncé sur problème technique tandis que Stoffel Vandoorne a également abandonné à la suite d’un contact avec la Porsche de Pascal Wehrlein. Ndrl) pour recoller à seulement dix longueurs du nouveau leader du championnat Robin Frinjs. Qualifié en première ligne après son excellent tour de qualification, le Néerlandais a livré une bataille de toute beauté au duo Da Costa-Evans, soufflant finalement la deuxième place au Néo-Zélandais à quelques centimètres de la ligne d’arrivée.

« On avait une bonne voiture aujourd’hui, confie le champion 2012 de F3.5 lors de la conférence de presse réservée aux trois premiers. J’ai le sentiment que l’on pouvait gagner ici, mais même quand j’ai dépassé Antonio il était très difficile de se détacher. On a eu une grande bataille et on a proposé du beau spectacle aux fans présents dans les tribunes. Cette deuxième place constitue en fin de compte un très bon résultat puisqu’elle nous permet d’occuper la tête du championnat à mi-saison. C’est assez inattendu, mais très encourageant pour la suite. » Candidat déclaré à la victoire après ses excellentes performances des essais (il a constamment figuré dans le top 3. Ndlr), Mitch Evans a logiquement répondu présent en course, disputant lui aussi la gagne jusqu’au bout à la DS Techeetah de Da Costa.

Les regrets d’Evans

Auteur d’un double dépassement de folie sur Frinjs et ce même Da Costa dans le 19ème tour de course (il a d’abord débordé le Néerlandais par l’extérieur dans la ligne droite des stands avant de subtiliser la tête au Portugais sur une autre manœuvre par l’extérieur dans la montée du Beaurivage. Ndlr), le pilote Jaguar pensait alors avoir fait le plus dur, mais c’était sans compter sur le retour tonitruant du duo Da Costa-Frinjs en fin d’épreuve. Plus gourmand que ses adversaires directs en matière de consommation (il débuté le dernier tour avec seulement 3% d’énergie disponible. Ndlr), le Néo-Zélandais a fortement dû ralentir sa cadence sur les deux derniers tours, se mettant automatiquement à la merci d’une attaque du pilote DS Techeetah et de son homologue de chez Virgin Racing.

Doublé dans l’ultime boucle par le Portugais au niveau de la chicane du port, Evans allait également finir par céder aux assauts du Néerlandais dans la ligne droite des stands, tombant à une troisième place finale au goût quelque peu amère pour celui qui se voyait bien succéder au Français Jean-Éric Vergne au palmarès de l’épreuve monégasque. « Ça fait un peu mal parce que c’est Monaco et que tout le monde veut gagner ici, explique le natif d’Auckland en conférence de presse officielle. Je suis vraiment déçu, mais je me suis mis tout seul dans cette situation en consommant trop d’énergie en début de course. Je savais parfaitement qu’Antonio finirait par me dépasser, mais j’ai quand même essayé de repousser l’échéance le plus longtemps possible. On peut malgré tout retirer du positif de cette journée, car on a de nouveau prouvé notre compétitivité. »

Andrea Noviello

Mitch Evans empoche la 3ème place après une course plein de panache dans les rues de Monaco.

Facebooktwitter

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*