logo warm up f1
Grand Prix de Grande-Bretagne

Billet d’humeur : Destins croisés !

Billet d'humeur Angleterre 2018 Charles Leclerc devrait prendre la succession de Kimi Räikkönen chez Ferrari l'an prochain.
facebooktwittergoogle_plus

L’un est champion du monde et sur le déclin. L’autre, en pleine ascension, aspire à le devenir un jour. Kimi Räikkönen et Charles Leclerc ont, à l’image de leur saison 2018, vécu un week-end diamétralement opposé en Grande-Bretagne. Si à l’inverse du jeune espoir de la Scuderia, « Ice-Man » a vu l’arrivée de cette dixième manche du championnat, il n’a pas pour autant laissé la même impression au paddock que le pilote couvé depuis la fin de ses années karting par Nicolas Todt. En harponnant bêtement Lewis Hamilton dès le troisième virage, le Finlandais a donné du grain à moudre à ceux qui l’estiment désormais hors du coup. En réalisant un nouvel exploit en qualification et en réussissant une course parfaite jusqu’à son abandon, le Monégasque a, au contraire, renforcé son statut de nouveau petit prodigue de la discipline. Dernier « dinosaure » (avec Fernando Alonso) d’une Formule 1 en constante cure de jouvence, le natif d’Espoo a traversé sa seconde carrière en rouge dans l’ombre d’un coéquipier souvent encombrant et rarement partageur. Plus beau représentant d’une nouvelle génération de pilotes talentueuse et sans complexes, le membre de la Ferrari Driver Academy s’est, lui, facilement affranchi de l’adversité, certes très limitée, d’un Marcus Ericsson rapidement réduit au rang de sous-fifre. Référence d’une époque désormais révolue, Räikkönen s’apprête à clore le dernier chapitre d’une carrière couronnée de succès, mais également marquée par de nombreuses désillusions. D’ores et déjà érigé comme le futur grand de la catégorie reine, Leclerc commence, pour sa part, seulement à écrire les premières lignes d’une carrière que bon nombre d’observateurs annoncent comme exceptionnelle. Destins croisés !

Andrea Noviello

facebooktwittergoogle_plus

1 Commentaire le Billet d’humeur : Destins croisés !

  1. Très mauvais week-end de Kimi en effet.
    A 0’053 de Vettel malgré l’ancien moteur contre le nouveau SPEC2 de Vettel (qui selon Autosprint offre jusqu’à deux dixièmes de plus en performance pure) en qualification et malgré son erreur en qualif et sa pénalité de dix secondes, remonte et grimpe sur le podium pour la 6e fois de l’année….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*