logo warm up f1
Grand Prix d’Italie

Billet d’humeur : Buzz Leclerc !

Billet d'humeur Italie 2018 Après une seule saison chez Sauber, Charles Leclerc s'apprête à faire le grand saut chez Ferrari en 2019.
facebooktwittergoogle_plus

Même dans ses rêves les plus fous, il n’aurait sans doute pas songé à une ascension aussi météorite. À seulement vingt et un ans (il les fêtera le 16 octobre prochain), Charles Leclerc va intégrer l’écurie la plus titrée de l’histoire. Celle dont la mythique couleur rouge l’avait envoûté plus jeune alors qu’il jouait candidement aux petites voitures du haut de son balcon princier. Celle, aussi, grâce à laquelle il a pu sereinement fourbir ses armes dans les formules de promotion. Ferrari. Choisi par Sergio Marchionne (avant sa disparition) en personne comme le futur remplaçant de Kimi Räikkönen à Maranello, le Monégasque franchira en 2019 une nouvelle étape dans une carrière menée, jusque-là, à la perfection. Après une seule petite saison d’apprentissage au sein de la pouponnière Sauber, le protégé de Nicolas Todt enfilera l’an prochain la mythique combinaison frappée du cheval cabré, celle dont son parrain sportif Jules Bianchi a longtemps rêvé avant que le drame de Suzuka ne vienne cruellement briser ses belles aspirations. Formaté dès ses débuts en karting pour la gagne, l’enfant prodige de la Principauté cherchera non seulement à honorer la mémoire de son ami trop tôt disparu, mais aussi à enrichir, d’au moins une ligne supplémentaire, un palmarès en sport automobile déjà bien fourni. Pour y parvenir, encore lui faudra-t-il mater un Sebastian Vettel rarement commode avec ses coéquipiers et triompher d’un Lewis Hamilton en lévitation depuis cinq ans. Il en a le talent, l’étoffe et indubitablement la maturité. Buzz Leclerc !

Andrea Noviello

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*