logo warm up f1
Grand Prix de Singapour

Qualification : Hamilton le tour de magie

Lewis Hamilton qualification Singapour 2018 Lewis Hamilton a réalisé un tour éblouissant pour enlever la 79ème pole position de sa carrière en F1.
facebooktwittergoogle_plus

Tout proche de l’élimination en Q1 à la suite d’un choix pneumatique gonflé, Lewis Hamilton a finalement décroché la timbale lors des qualifications du Grand Prix de Singapour. Stratosphérique lors de sa première tentative en Q3, le Britannique a écœuré tous ses adversaires, raflant avec brio la 79ème pole position de sa carrière en Formule 1. Crédité, lui aussi, d’un tour de toute beauté à Marina Bay, Max Verstappen chipe la deuxième place à un Sebastian Vettel complètement désabusé par son troisième chrono du jour.

Sa séance qualificative aurait pu tourner court sans un petit brin de réussite. Limité en trains d’hypertendres neufs, il a tout comme son coéquipier Valtteri Bottas sélectionné six jeux d’hypertendres contre neuf aux deux pilotes Ferrari, Lewis Hamilton s’est vu dans l’obligation de disputer la première partie des qualifications en gommes ultratendres. Un choix d’autant plus risqué que jamais cette saison l’écart entre deux composés de pneus s’était avéré aussi grand qu’à Singapour. Quand d’ordinaire la différence se chiffre aux alentours de la demi-seconde, une seconde pleine séparait cette fois les enveloppes à flancs roses de celles à la coloration violette. De quoi donner des sueurs froides à tout le clan Mercedes et en premier lieu à son chef d’orchestre Toto Wolff. Rarement aussi crispé qu’en ce samedi après-midi, le directeur exécutif de la firme à l’étoile a finalement pu se détendre, ses deux hommes franchissant non sans mal le cap de la Q1.

Passé à deux doigts de la correctionnelle avec le quatorzième chrono, le premier éliminé Kevin Magnussen (16ème) n’accusant que deux dixièmes de retard sur son temps, Hamilton a logiquement retrouvé de sa verve dans la deuxième et troisième partie de ces qualifications singapouriennes. Mais personne dans le paddock, pas même au sein du giron Mercedes, ne s’attendait à un tel coup de tonnerre du Britannique en Q3. Alors que tout le monde redoutait une nouvelle pole de Sebastian Vettel à Marina Bay, le natif de Stevenage a foudroyé l’opposition avec un tour d’anthologie, décrochant au nez et à la barbe de son principal rival au championnat la 79ème pole position de sa carrière, la quatrième à Singapour après celles de 2009, 2012 et de 2014. « J’ai réussi un tour magique, concède le quadruple champion du monde. Je ne sais pas d’où il sort celui-là, mais il était parfait. Je suis submergé par l’émotion. Je ne pense pas qu’il y ait un seul moment dans ce tour où je suis sorti large. Il était parfaitement à la limite. Il s’agit très certainement de l’un des mes meilleurs tours en F1. »

Verstappen joue les troubles-fête

Époustouflant meilleur chrono du jour en 1’36’’015, Hamilton décroche non seulement sa septième pole position de la saison, mais pulvérise également le précédent temps de référence fixé par Sebastian Vettel (3ème) l’an dernier de près de 3,5 secondes. Une véritable claque dont ses adversaires directs auront bien du mal à se relever à commencer par son unique rival au championnat. Persuadé de dicter une nouvelle fois sa loi au reste du peloton dans les rues si piégeuses de Marina Bay, le leader de la Scuderia a sévèrement déchanté en ce samedi après-midi, se fourvoyant tout d’abord dans son choix pneumatique en Q2 (il opte pour les ultratendres, un pari qui se révèlera perdant) avant de se montrer impuissant dans l’ultime partie de la séance. « Ce résultat n’est vraiment pas idéal, reconnaît le natif d’Heppenheim. On voulait partir devant sur ce circuit, mais il nous a clairement manqué du temps. Les écarts sont importants. Je ne suis pas content de cette journée. On verra si on peut renverser la situation demain en course. »

La tâche de l’Allemand s’annonce dès plus compliquée puisque, outre Hamilton, le quadruple champion du monde devra également se coltiner ce diable de Max Verstappen (2ème). Très remonté contre son motoriste Renault à l’issue des libres 3 de la matinée, le V6 français subissant de très nombreuses coupures et bugs tout au long de la séance, le Néerlandais a, lui aussi, sorti de sa boîte un tour de folie en Q3, s’invitant en lieu et place de Vettel sur la première ligne de la grille aux côtés d’Hamilton. « Cette deuxième position représente presque une victoire pour nous vu le nombre de problèmes rencontrés aujourd’hui, savoure le pilote Red Bull. Cela prouve à quel point notre châssis est bon. » Derrière ce trio potentiellement explosif au moment du départ, Valtteri Bottas place la seconde Mercedes sur le quatrième rang de la grille, mais à près de sept dixièmes de celle de son chef de file. Autre grand déçu du jour, le second Finlandais du plateau Kimi Räikkönen (5ème) échoue juste derrière son compatriote, lui qui avait pourtant réussi le meilleur temps de la Q2 et qui se présentait, au même titre que Vettel, comme l’un des favoris de ces qualifications singapouriennes.

Williams s’enfonce dans le noir

Guère plus à son avantage en termes de confrontation interne, Daniel Ricciardo (6ème) clôt l’escouade des tops teams à Singapour, l’Australien subissant une perte soudaine de performance dans l’après-midi sans qu’il ne puisse en justifier la cause. Passé à la trappe dès la Q1 lors de la séance qualificative de Monza, Sergio Perez (7ème) ne s’est, cette fois, pas laissé piéger, réussissant au contraire à qualifier sa Force India au très convoité rang de meilleur des autres devant la Haas de Romain Grosjean (8ème) ou la Renault de Nico Hulkenberg (10ème). « Nous n’espérions pas faire aussi bien, s’étonne le Mexicain. J’ai réalisé un très bon tour. Tout a été parfait. Il peut se passer beaucoup de choses en course sur ce circuit donc nous serions très contents si nous pouvions signer un bon résultat. » Victime d’une légère touchette contre le mur du virage 21 lors de son dernier run, Esteban Ocon (9ème) parvient néanmoins à hisser sa VJM11 en Q3, une performance qui s’est, une fois de plus, refusée à la McLaren de Fernando Alonso (11ème) et à la Renault de son compatriote Carlos Sainz (12ème).

Étonnement discret dans la matinée, il classe sa Sauber au seizième rang des libres 3, Charles Leclerc (13ème) a quelque peu redressé la barre en qualification, emmenant dans son sillage l’autre représentant de l’écurie helvétique Marcus Ericsson (14ème). En difficulté depuis le début du week-end sur un tracé qui aurait pourtant dû sourire aux Toro Rosso, Pierre Gasly (15ème) limite toutefois les dégâts en se glissant par un trou de souris en Q2 et en dominant à la régulière la Haas d’un Kevin Magnussen (16ème) totalement à côté de ses pompes ou encore la monoplace sœur d’un Brendon Hartley (17ème) coupable de petites fautes dans le deuxième secteur. Dominé par son voisin de garage il y a deux semaines en Italie, Sergey Sirotkin (19ème) a pris sa revanche sur Lance Stroll (20ème) à Singapour, une petite victoire pour le Russe, mais une si maigre consolation pour une écurie Williams rejetée à près d’une seconde et demie de la McLaren d’un Stoffel Vandoorne (18ème) véritablement transparent sous les projecteurs de Marina Bay.

Andrea Noviello

Sergio Perez qualification Singapour 2018

Sergio Perez a pris la lumière dans les rues de Singapour en signant le 7ème chrono des qualifications.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*