logo warm up f1
Grand Prix du Mexique

Les Flops du Grand Prix du Mexique

Sebastian Vettel the flop Mexique 2017 En accrochant Hamilton, Sebastian Vettel s'est lui-même condamné dans la course au titre mondial.
facebooktwittergoogle_plus

Sebastian Vettel

Sebastian Vettel flop Mexique 2017

Plus les gestes répréhensibles du quadruple champion du monde se succèdent en cette saison 2017 et plus son sobriquet de « Baby-Schumi » lui va comme un gant. Déjà pointé du doigt à Bakou pour sa réaction épidermique contre Hamilton derrière la voiture de sécurité, Sebastian Vettel s’est de nouveau rendu coupable d’une manœuvre pour le moins avilissante au Mexique. Surpris au départ par l’agressivité de Verstappen, l’Allemand aurait très bien pu sagement laisser passer l’orage avant de tenter de rattraper le terrain perdu. Mais comme lors de son controversé accrochage du premier tour à Singapour, le pilote Ferrari n’a pas toléré de se voir aussi facilement déborder par ses adversaires directs. À Marina Bay, Verstappen, Alonso et son coéquipier Räikkönen avaient payé les pots cassés de son décalage ultra-agressif sur le pilote Red Bull. Cette fois, c’est son adversaire direct pour le titre qui a subi la foudre du natif d’Heppenheim. Sur le point de perdre deux places supplémentaires au profit des Mercedes d’Hamilton et de Bottas en sortie du virage 3 après avoir déjà été virilement dépossédé du leadership par le prodigue néerlandais, le fer de lance de la Scuderia a cru bon se faire justice tout seul en tailladant délibérément la roue arrière-droite du Britannique. Devenues trop récurrentes ces derniers temps pour encore croire à un mauvais jugement de sa part, ce genre de « bassesses » illustre parfaitement l’impulsivité et le manque de self-control de l’ancien protégé d’Helmut Marko dès lors qu’il se trouve sous pression. En amputant l’épreuve mexicaine de ses deux principales têtes d’affiche, son contact avec la flèche d’argent du triple champion du monde occasionnant aussi de sérieux dégâts au niveau de son aileron-avant, Vettel a non seulement entaché sa réputation de pilote au comportement (soi-disant) irréprochable, mais a surtout privé les fans du monde entier d’une vraie finale pour la couronne mondiale. Nul.

Romain Grosjean

Romain Grosjean flop Mexique 2017

Le Français ne gardait pas un très bon souvenir de sa précédente visite en terre mexicaine, mais force est de constater que le scénario catastrophe de 2016 s’est répété pour lui. Complètement hors-sujet d’un bout à l’autre du week-end, Romain Grosjean a vécu un véritable calvaire sur l’Autodrome Hermanos Rodriguez. Bon dernier, comme la saison passée, de la séance qualificative, le pilote Haas n’a pas su, à l’inverse de son coéquipier Magnussen, profiter de sa position (15ème) plus favorable sur la grille (merci l’avalanche de pénalités) pour inverser la tendance en course. Seul pilote du plateau avec Alonso à avoir pris le pari de s’élancer en gommes supertendres au départ, le natif de Genève réalise un envol quelconque et ne doit de conserver sa quinzième place qu’à la crevaison d’Hamilton. Propulsé au douzième rang par les arrêts prématurés de Sainz, Vettel et Massa, l’ancien protégé d’Éric Boullier grimpe d’une autre position au 6ème passage après l’abandon de la Red Bull de Ricciardo. Obligé de se décaler en ligne droite à partir de la boucle suivante afin de contrer les attaques d’Alonso, le Tricolore s’incline finalement dans le 10ème tour sur une manœuvre au chausse-pied du double champion du monde. Doublé dans la foulée par Hartley, le leader de l’écurie américaine perd progressivement pied au volant d’une monoplace lourdement endommagée (déflecteur et fond plat) par le dépassement viril de l’Espagnol. Sanctionné de cinq secondes dans la 15ème boucle pour avoir tiré un avantage d’un tout-droit dans le virage 14, l’ex-pilote Lotus purge sa pénalité à l’occasion de son unique changement de pneus au 32ème tour. Rejeté en quinzième position, il avait également dû s’incliner face à son compatriote Gasly juste avant l’entrée de la virtual safety-car, le champion 2011 de GP2 perd une dernière place face à Hamilton au 36ème passage pour conclure sa piteuse prestation au quinzième rang. Loin, très loin de Magnussen.

Renault

Renault flop Mexique 2017

Les six points brillamment conquis par Sainz aux États-Unis avait redonné à l’écurie française l’espoir de recoller à Toro Rosso et à Williams dans la bataille pour la cinquième place du championnat constructeurs. Le zéro pointé de Mexico a, en revanche, quasiment condamné les chances de Renault d’atteindre les objectifs fixés en début de saison par Cyril Abiteboul. Particulièrement performantes dans l’exercice du tour chronométré, les monoplaces jaunes ont vu la fiabilité les priver d’un possible très gros résultat d’ensemble sur l’Autodrome Hermanos Rodriguez. Revanchard après son abandon américain, Nico Hulkenberg s’était pourtant placé dans les meilleures dispositions en décrochant le huitième chrono des qualifications. Habile à l’extinction des feux, l’Allemand parvient à tirer parti des incidents du 1er tour pour émerger en quatrième position derrière la Force India d’Ocon. Malheureusement pour le vainqueur 2015 des 24 Heures du Mans, son Grand Prix du Mexique allait tourner court, la faute à une défaillance de son ERS. Rentré à son box au 20ème passage afin de monter les pneus tendres, le fer de lance de la firme au losange doit renoncer six boucles plus tard alors qu’il aurait pu disputer la troisième marche du podium à Räikkönen. Moins à l’aise ce week-end qu’il ne l’avait été au Texas, Carlos Sainz aurait lui aussi pu briguer de gros points sans son erreur grossière du 2ème tour. Neuvième en qualification, le Madrilène réussit un bon envol puisqu’il pointe en cinquième position à la fin de la 1ère boucle. Parti en tête-à-queue dans l’enchaînement des esses, le champion 2014 de F3.5 détruit ses gommes et par la même occasion ses chances de briller à Mexico. Incapable de retrouver un rythme décent en pneus tendres, « Carlito » renonce sur problème de direction au 62ème passage alors qu’il végétait depuis un long moment en dernière position. Déjà passé à côté de son sujet en Malaisie et au Japon, Renault enregistre son premier double abandon depuis Bakou, mais voit surtout Haas revenir à une seule petite longueur au classement. Danger.

Pascal Wehrlein

Pascal Wehrlein flop Mexique 2017

Régulièrement dominé par Ericsson depuis Suzuka, l’Allemand a encore pâti de la comparaison avec son voisin de garage sur l’Autodrome des frères Rodriguez. Battu pour la troisième fois consécutive par le Suédois en qualification, il signe le dix-septième temps à deux dixièmes de son équipier, Pascal Wehrlein a également passé tout son dimanche après-midi derrière le Nordique avant que celui-ci ne soit contraint à l’abandon. Propulsé sur la treizième place de la grille grâce aux multiples pénalités infligées à ses adversaires, le pilote Sauber connaît une assez bonne mise en action qu’il va toutefois ruiner par une prudence excessive à l’amorce de la première chicane. Débordé de tout part, le protégé de Mercedes perd quatre places dans le 1er tour malgré la crevaison d’Hamilton. Remonté au quinzième rang la boucle suivante grâce aux arrêts au stand anticipés de Vettel et de Sainz, le natif de Sigmaringen ne tarde cependant pas à reculer de nouveau dans la hiérarchie en raison d’un pit-stop prématuré au 5ème passage. Successivement doublé par Massa et Vettel, le champion 2015 de DTM se maintient un long moment au dix-septième rang avant que l’abandon d’Hulkenberg dans la 26ème boucle ne lui permette de gagner une position. Logiquement obligé de s’incliner face à la flèche d’argent d’Hamilton quatre tours plus tard, le poulain de Toto Wolff profite de la neutralisation de course sous régime de voiture de sécurité virtuelle pour repasser devant l’Anglais et la Haas de Grosjean. Facilement dépossédé de sa quatorzième place par le triple champion du monde au 38ème tour, l’Allemand tient tête jusqu’au bout au Tricolore et grimpe même d’une position à la faveur du retrait de son coéquipier Ericsson en fin d‘épreuve. Fade quatorzième sous le drapeau à damier, Wehrlein n’a désormais plus que des courses pour espérer sauver son volant en F1. Pas sûr qu’il n’y parvienne en répétant ce type de performance.

Andrea Noviello

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*