logo warm up f1
Grand Prix d’Autriche

Qualification : Leclerc reprend de la hauteur

Charles Leclerc qualification Autriche Impérial depuis vendredi après-midi, Charles Leclerc a décroché la deuxième pole de sa carrière en F1.
facebooktwittergoogle_plus

Trois mois après sa performance majuscule de Bahreïn, Charles Leclerc s’est de nouveau adjugé le meilleur temps lors des qualifications du Grand Prix d’Autriche. Imbattable depuis les essais du vendredi après-midi, le pilote Ferrari conquiert avec autorité la deuxième pole position de sa carrière, repoussant la Mercedes d’Hamilton à plus de deux dixièmes et demi.

Ce moment d’allégresse et de plénitude, il l’attendait depuis le 30 mars dernier date à laquelle il avait coiffé au nez et à la barbe de son coéquipier Sebastian Vettel la première pole position de sa carrière en Formule 1. Majestueux dans la nuit de Sakhir, Charles Leclerc avait par la suite connu quelques revers dans l’exercice si délicat du tour chronométré. Dominé sans contestation possible par son chef de file en Chine, en Espagne ou plus récemment au Canada, l’enfant prodige de la Principauté avait, aussi, gâché quelques belles opportunités de briller le samedi après-midi par la faute d’erreurs de son écurie ou de sa part. À Bakou, son aisance à flirter avec les limites sur les tracés urbains et sa mainmise sur le week-end azéri (il a dominé chacune des trois séances libres) auraient dû lui valoir une nouvelle consécration en qualification. Au lieu de ça, une erreur « stupide » en Q2 alors qu’il avait déjà sécurisé sa place en Q3 le condamnait à un triste rôle de figurant.

À Monaco sur son circuit favori de la saison, il aurait également dû se battre pour la gloire compte-tenu du potentiel affiché en libres 3 (il décroche le meilleur temps un souffle devant Bottas). Cette fois, c’est une invraisemblable bourde stratégique de la Scuderia (Ferrari jugeant inutile de le renvoyer en piste malgré l’amélioration constante de la piste en fin de Q1) qui le privera d’une bataille au sommet. De nouveau en position de décrocher la timbale dans l’exercice de la vitesse pure sur les terres de Red Bull, le Monégasque n’a pas laissé passer sa chance de contredire l’adage « jamais deux sans trois », raflant avec autorité et panache sa deuxième pole en catégorie reine. « Je suis extrêmement heureux, clame au micro de Paul di Resta le protégé de Nicolas Todt. Depuis les essais libres 2, nous sommes très performants. Ce n’est jamais facile de sortir le bon tour en Q3. J’y suis arrivé, je suis ravi. La voiture était juste incroyable aujourd’hui. »

« Nous sommes confiants dans notre choix de partir en tendres »

Tombeur du record de la piste en 1’03’’003, Leclerc met non seulement fin à l’impressionnante série en cours de Mercedes dans les montagnes de Styrie (quatre pole positions consécutives entre 2015 et 2018), mais envoie aussi un signal très fort en interne, lui qui a longtemps vu son coéquipier Vettel lui damer le pion le samedi après-midi. Si un problème de pression d’air sur le moteur de la Ferrari n°5 a privé les spectateurs autrichiens d’un possible duel au soleil entre les deux représentants de Maranello, rien ne garantit pour autant que le quadruple champion du monde serait parvenu à contredire la domination de son jeune coéquipier sans sa défaillance technique, tant ce dernier se sera montré souverain lors de cette séance qualificative. « Nous avons un peu modifié la voiture après le premier run en Q3, révèle le meilleur rookie de la saison 2018. Je savais que ça allait me rendre moins rapide dans le premier secteur, mais ça n’a pas été aussi terrible que je craignais. J’ai même pu progresser légèrement dans le troisième secteur. »

Déjà poleman à deux reprises sur le Red Bull Ring par le passé (2016 en GP3 et 2017 en Formule 2), Leclerc a jusqu’ici toujours su convertir son hégémonie du samedi en victoire dans les verts pâturages styriens (victoires dans les courses principales en GP3 comme en F2). Injustement privé des lauriers il y a exactement trois mois de cela à Sakhir en raison d’un souci de combustion sur un cylindre, le pilote Ferrari tentera de définitivement ranger au rayon des péripéties ce douloureux souvenir bahreïni et de confirmer par la même occasion qu’il est bien intouchable en Autriche dès lors qu’il s’élance depuis la position de pointe sur la grille de départ. « Nous sommes confiants dans notre choix de partir en tendres, répond le Monégasque à ceux pourraient douter du bien fondé de la stratégie mise en place par l’écurie italienne. Nous avons analysé les données après les libres 2 et ces pneus se sont révélés très efficaces. Notre stratégie est différente des Mercedes et des Red Bull, mais nous ne saurons que dimanche si c’était vraiment le bon choix. »

Andrea Noviello

Charles Leclerc pole Autriche 2019

Après Vettel au Canada, Leclerc offre à Ferrari une nouvelle pole en F1. La 222ème de son histoire.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*