logo warm up f1
Grand Prix de France

Course : Leclerc bis repetita

Charles Leclerc course France 2019 Avec sa belle 3ème place en France, Charles Leclerc offre à Ferrari le 758ème podium de son histoire.
facebooktwittergoogle_plus

Deux semaines après avoir déjà gravi la dernière marche du podium à Montréal, Charles Leclerc s’est offert une nouvelle troisième place lors du Grand Prix de France de Formule 1. Esseulé entre les Mercedes du duo Hamilton-Bottas et la Red Bull de Verstappen pendant quasiment toute la course, le Monégasque signe sa septième entrée dans les points en 2019, consolidant ainsi sa cinquième place au championnat pilotes.

Samedi au terme d’une séance qualificative qui l’avait vu décrocher le troisième temps derrière les insubmersibles Mercedes, il n’avait pas été par quatre chemins. Pour espérer pimenter une course quasiment promise aux flèches d’argent après leur époustouflant tour de force dans l’exercice de la vitesse pure, Charles Leclerc devait impérativement réussir un meilleur envol que le duo Lewis Hamilton-Valtteri Bottas. Ou tout du moins exécuter une mise en action suffisamment efficace pour rester accrocher aux échappements des deux W10 avant d’entamer la double ligne droite du Mistral et ainsi profiter du léger avantage de sa SF90 en vitesse de pointe sur les machines grises. Troisième d’une course désespérément monotone et de nouveau marquée par l’écrasante domination des Mercedes, le pilote Ferrari avait vu juste dans son analyse d’après qualification.

Si lui ou le trublion Max Verstappen (positionné à ses côtés sur la grille) ne venaient pas semer la pagaille au départ, plus rien ne pourrait empêcher les hommes de Toto Wolff d’accrocher un sixième doublé en huit Grand Prix. Alors certes, le prodige monégasque fut tout proche de ravir la deuxième place à un Valtteri Bottas en grande souffrance avec ses gommes dures dans les derniers tours de course, mais une telle issue aurait davantage ressemblé à un hold-up pour la nouvelle recrue de la Scuderia tant les flèches d’argent se seront montrées supérieures aux Ferrari sur le plateau du Castellet. « Dans l’ensemble, on peut parler de week-end positif, confie toutefois à l’arrivée le champion 2017 de Formule 2. Même si je n’ai jamais vraiment eu l’opportunité de porter une attaque sur Valtteri, je suis heureux d’avoir pu me battre pour la deuxième place jusqu’à la fin. Je suis content du résultat, car nous avons maximiser le potentiel de l’auto aujourd’hui. »

Un Grand Prix sans anicroche

Auteur d’un très joli envol il y a deux semaines au Canada, Leclerc connaît cette fois une mise en action plus poussive en raison d’un excès de patinage de ses roues arrière sur les premiers rapports. Légèrement menacé par ce diable de Verstappen, l’enfant prodige de la Principauté conserve néanmoins sa troisième place dans le « S » de la Verrerie à la faveur de la meilleure vitesse de pointe de sa SF90. De nouveau attaqué par le Néerlandais dans la descente vers la Chicane, le champion 2016 de GP3 résiste encore au pilote Red Bull, sécurisant ainsi une troisième place qu’il n’allait dès lors plus quitter si ce n’est au moment de son unique changement de pneus dans le 22ème tour. Capable de se maintenir à une distance respectable (aux alentours des deux secondes) de la Mercedes de Bottas lors des premières boucles de course, le fer de lance de la Ferrari Driver Academy commence progressivement à perdre le contact avec les flèches d’argent à partir du 10ème passage.

Passé au-dessus de la barre des six secondes seulement six tours plus tard, l’écart entre le Finlandais et le protégé de Nicolas Todt connaît alors une progression exponentielle ce qui ne modifie pas pour autant le choix stratégique opéré par la Scuderia et Leclerc avant l’extinction des feux. Conscient de ne pas pouvoir endiguer la fuite en avant des deux monoplaces argentées, le Monégasque se concentre alors sur la Red Bull de Verstappen derrière lui. Poussé par son écurie à augmenter le delta qui le sépare du Néerlandais, le pilote Ferrari s’exécute avec brio, portant son avance à 5,5 secondes avant l’arrêt au stand du Batave dans la 21ème boucle. Rappelé dans la pit-lane un tour plus tard afin de couvrir la tentative « d’undercut » du team autrichien, le natif de Monaco ressort logiquement devant le fils de Jos en dépit d’un pit-stop moyennement exécuté par les mécaniciens de la Scuderia (2,7 secondes).

« Je vais dans la bonne direction »

 « Mon premier relais était correct, affirme en interview d’après course la révélation de la saison 2018. Les Mercedes étaient simplement trop rapides. Après l’arrêt au stand, le plus important était de gérer la dégradation des pneus durs. » Revenu à moins de quatre secondes de Bottas à la faveur de la valse des changements de gommes (le Finlandais stoppant pour sa part au 24ème passage), Leclerc refrène pourtant vite les ardeurs de son team, lequel lui demande s’il est en mesure ou non d’accélérer son rythme. Soucieux de préserver son capital pneumatique dans l’optique d’une fin du Grand Prix potentiellement critique d’un point de vue dégradation, l’enfant prodige de la Principauté relaisse gentiment Bottas s’échapper au point d’accuser 7,5 secondes de retard sur la Mercedes flanquée du numéro 77 dans la 39ème boucle. Finalement rassuré par l’état de fraîcheur de ses gommes, le pilote de la Scuderia amorce son offensive deux tours plus tard en s’adjugeant le meilleur tour en course.

D’abord vaine, la tentative de remontée du protégé de Nicolas Todt se révèle finalement concluante, Bottas déclinant au fil des tours en raison d’un problème de cloquage sur ses enveloppes. Régulièrement une seconde au tour plus rapide que la flèche d’argent devant lui, Leclerc fond sur le natif de Nastola, mais va finalement buter à neuf petits dixièmes du Nordique au baisser du drapeau à damier. « Valtteri était visiblement en souffrance après la Virtual Safety-Car, commente le Monégasque dans le carré des interviews. J’ai essayé de le pousser encore plus, mais ça ne l’a pas fait. Ce podium n’en reste pas moins un très bon résultat surtout quand on regarde notre niveau vendredi après-midi sur les longs relais. Je suis très content de mon week-end, car les précédents avaient été compliqués. J’ai changé mon approche des qualifications et de certains de mes réglages. Je suis heureux que cela ait payé et que cela se traduise dans les résultats. Je pense que je vais dans la bonne direction. »

Andrea Noviello

Charles Leclerc podium Castellet 2019

Charles Leclerc revient à 13 longueurs de Verstappen au championnat grâce à son podium varois.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*