logo warm up f1
Grand Prix d’Italie

Qualification : Leclerc y prend goût

Charles Leclerc qualification Italie 2019 En décrochant le meilleur temps, Charles Leclerc offre à Ferrari sa 21ème pole positions à Monza.
facebooktwittergoogle_plus

Une semaine après avoir déjà fait parler la poudre en Belgique, Charles Leclerc s’est de nouveau adjugé le meilleur chrono lors des qualifications du Grand Prix d’Italie. Porté par le soutien de tous les tifosis, le pilote Ferrari signe malgré une dernière tentative avortée la quatrième pole position de sa carrière.

Il aurait dû exulter. Hurler sa joie à la radio. Haranguer la foule comme un de ceux qui sait avoir accompli un premier pas décisif vers le succès. À l’exubérance toute transalpine des tifosis, il a au contraire préféré la retenue. La sobriété. La pondération. Conscient d’avoir, avec la participation très active de ses petits camarades de jeu, offert une piteuse fin de séance qualificative aux milliers de spectateurs venus soutenir les monoplaces ornées du mythique cheval cabré à Monza, Charles Leclerc s’est simplement contenté de remercier les siens avant de poliment s’excuser pour le « bordel du dernier tour ». Seul pilote, avec Carlos Sainz, à avoir coupé la ligne d’arrivée avant le baisser fatidique du drapeau à damier, le Monégasque aurait pourtant très bien pu améliorer sa marque (1’19’’307) et ainsi valoriser une pole position acquise avec une infime marge (39 millièmes de seconde) de sécurité sur la Mercedes de Lewis Hamilton lors de son premier run en Q3. La présence rapprochée devant lui de la McLaren de l’Espagnol et l’élimination prématurée de ses principaux rivaux l’en a finalement dissuadé.

Assurée de décrocher une quatrième pole position en catégorie reine, la seconde consécutive après celle brillamment décroché sur le majestueux toboggan de Spa-Francorchamps samedi dernier, la figure de proue de la Ferrari Driver Academy a donc décidé de délibérément couper son effort à la sortie de la Variente della Roggia, ramenant sa rutilante SF90 à faible allure avant de définitivement l’immobiliser devant l’impressionnante tribune réservée aux inconditionnels de la Scuderia. Descendu de sa machine sans exprimer le moindre signe ostentatoire de satisfaction, l’enfant prodige de la Principauté consentira tout de même à adresser des petits saluts de remerciements aux tifosis avant d’exprimer son bonheur au micro de Paul di Resta. « Coiffer la pole ici, c’est incroyable, savoure le champion 2017 de Formule 2. Voir autant de monde, recevoir un tel soutien, c’est juste exceptionnel à vivre. Je suis ravi de cette pole même s’il est regrettable que cela se soit terminé de cette manière. Quel bazar ! »

« Offrir une belle course aux fans »

Vainqueur avec la plus petite des marges (il franchit la ligne d’arrivée neuf dixièmes devant la flèche d’argent d’Hamilton) le week-end dernier en Belgique, Leclerc devrait, de nouveau, faire office de favori ce dimanche en course même si les Mercedes d’Hamilton et de Bottas ont montré suffisamment de vitesse et de constance sur les longs relais pour pouvoir se poser comme de postulantes crédibles à la victoire sur le temple de la vitesse. Autre adversaire à surveiller de près pour le petit protégé de Nicolas Todt : son voisin de garage à Maranello Sebastian Vettel décevant quatrième temps de la séance. Revanchard après avoir vu Leclerc le priver d’une ultime tentative en Q3 (le Monégasque dépassant le quadruple champion du monde juste avant d’aborder la Parabolique), l’Allemand aura à cœur d’effacer sa déception des qualifications et de prendre sa revanche sur celui qui est progressivement en train de l’éclipser au sein de l’écurie italienne. Dernière menace qui pèse sur les jeunes épaules du poleman et non des moindres : la pluie.

Annoncée comme abondante entre 3 heures et 10 heures du matin, elle pourrait venir modifier de manière substantielle le rapport de force entre les Ferrari et les Mercedes, mais aussi chambouler les stratégies mises en place par les différentes écuries. Confiant quant à ses possibilités de briller sous la pluie, Leclerc sait qu’il lui faudra surtout se montrer incisif en début de Grand Prix si d’aventure cette quatorzième manche de la saison devait se dérouler sur piste sèche. « Le DRS et l’aspiration sont très importants ici, souligne la nouvelle coqueluche du public italien. L’objectif va donc être de créer un écart suffisamment important dans les trois premiers tours de course pour se mettre à l’abri de nos adversaires. Notre rythme sur les simulations de course était meilleur qu’à Spa donc cela s’annonce bien pour demain. J’espère offrir une belle course aux fans. » Parti depuis la pole position l’an dernier à Monza, son prédécesseur chez Ferrari Kimi Räikkönen n’était pas parvenu à convertir en course la supériorité pourtant évidente des monoplaces rouges. À Leclerc de faire oublier ce douloureux souvenir et d’offrir aux tifosi un succès à domicile auquel ils n’ont plus goûté depuis le triomphe de Fernando Alonso en 2010.

Andrea Noviello

Charles Leclerc pole Monza 2019

Confiant sur le potentiel de sa SF90 en course, Leclerc vise une 2ème victoire consécutive après Spa.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*