logo warm up f1
Grand Prix de Belgique

Qualification : Leclerc persiste et signe

Charles Leclerc qualification Belgique 2019 Intouchable sur le juge de paix de Spa, Charles Leclerc s'est offert sa troisième pole position en F1.
facebooktwittergoogle_plus

Déjà souverain le vendredi après-midi en libres 2 et le samedi matin en libres 3, Charles Leclerc a de nouveau assis sa domination sur les qualifications du Grand Prix de Belgique. Intouchable dans l’exercice de la vitesse pure, le Monégasque décroche sa troisième pole position de la saison, collant au passage plus de sept dixièmes à son coéquipier chez Ferrari et dauphin au classement Sebastian Vettel.

Les trois semaines de break lui ont visiblement fait le plus grand bien. Regonflé à bloc par une coupure estivale passée, dans sa grande majorité, sur la côte ouest des États-Unis, Charles Leclerc a frappé un grand coup lors de la treizième séance qualificative de cette saison 2019. Désigné comme le grand favori de ce samedi après-midi après sa démonstration de force des libres 2 et des libres 3 (il colle respectivement six et quatre dixièmes à son coéquipier Vettel), le Monégasque a brillamment assumé son statut d’épouvantail sur le toboggan des Ardennes, raflant fort d’une impressionnante supériorité sur la concurrence chacune des trois différentes parties de la qualification du Grand Prix de Belgique. Ébouriffant dès sa première tentative en Q1 (il met 1,5 seconde à la Mercedes de Bottas), le pilote Ferrari a, par la suite, dû s’y reprendre à deux fois pour définitivement asseoir sa domination en Q2 et en Q3. Ce qui n’enlève, pour autant, rien à sa magistrale performance.

Si le protégé de Nicolas Todt s’est contenté d’assurer le coup dans la deuxième partie de la séance (il devance son coéquipier de moins d’un dixième), il n’a en revanche pas fait dans la demi-mesure en Q3, repoussant son plus proche adversaire Vettel à plus de sept dixièmes de son étourdissant chrono. « Ce fut une très bonne séance pour moi, rapporte le natif de Monaco à sa descente de voiture. J’ignore pourquoi mon premier secteur n’était pas très bon, mais nous sommes restés solides sur le reste du tour. J’ai expressément demandé à l’équipe de ne pas me mettre dans une position inconfortable sur la piste, car je ne voulais pas de l’aspiration. Je souhaitais simplement pouvoir me concentrer sur la mise en température des pneus. Cela a parfaitement fonctionné. Réaliser la pole sur ce circuit fantastique est un sentiment très gratifiant. Je suis tout de même surpris d’être si loin devant. »

« Je suis confiant pour demain »

Seul pilote capable de briser la barre des 1’43 sur un tour en Belgique, il signe un temps impressionnant de 1’42’’519, Leclerc soigne non seulement sa rentrée après deux dernières courses en demi-teinte en Allemagne (abandon) et en Hongrie (quatrième), mais confirme surtout sa très belle série en cours dans le si délicat exercice du tour chronométré. Battu six fois en sept qualifications par Vettel jusqu’au Canada (un bilan à pondérer par deux grossières erreurs de sa part à Bakou et de la part de Ferrari à Monaco), le fer de lance de la Ferrari Driver Academy a depuis totalement renversé la situation à son avantage, damant le pion au quadruple champion du monde lors des six dernières (Belgique compris) séances qualificatives. Désormais meilleur représentant de la Scuderia dans l’exercice de la vitesse pure (le Monégasque domine Vettel 7 à 6), l’enfant prodige de la Principauté compte bien capitaliser sur cette prise de pouvoir en interne pour enfin convertir une pole position en victoire.

« Nous savons que nous allons être un petit peu en difficulté sur le rythme de course, confie avec honnêteté le champion 2017 de Formule 2. Mais nous allons continuer à travailler là-dessus. Les conditions de pistes pourraient être très différentes ce dimanche avec des températures plus fraîches. On partira un peu dans l’inconnue à propos du comportement des pneus. Toutefois, je suis confiant pour demain. » Privé d’un premier succès en F1 amplement mérité à Bahreïn par ce diable de Lewis Hamilton, l’Anglais profitant à merveille d’une défaillance du système d’injection de la SF90 du Monégasque à dix tours du drapeau à damier, Leclerc avait (sept courses plus tard) vu le sort s’acharner une nouvelle fois sur lui en Autriche, une stratégie erronée de son écurie et des gommes à l’agonie le mettant à la merci de la Red Bull du tout aussi opportuniste Max Verstappen. Pour s’éviter pareille désillusion à Spa, le pilote Ferrari devra, de nouveau, tout réussir à la perfection ce dimanche et espérer que cette fois le facteur chance soit enfin de son côté.

Andrea Noviello

Charles Leclerc qualification Spa 2019

S’il se veut confiant, Leclerc s’attend tout de même à souffrir en rythme de course face aux Mercedes.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*