logo warm up f1
Livres

« 1000 Grands Prix 70 ans de Formule 1 » : des chiffres et une lettre

Max Verstappen Chine 2019 Avec "1000 Grands Prix 70 ans de Formule 1" Stéphane Barbé revisite la grande histoire de la F1.
facebooktwittergoogle_plus

Paru le 7 novembre dernier dans toutes les librairies de France, « 1000 Grands Prix 70 ans de Formule 1 » retrace à travers différentes thématiques la longue histoire de la catégorie reine du sport automobile. Condensé sur 167 pages, l’ouvrage de Stéphane Barbé allie de spectaculaires infographies à de très jolies images d’archives du journal L’Équipe.

« Nous voici à la veille des célébrations des 70 ans du Championnat du monde de Formule 1 qui auront lieu en 2020. En préambule et à travers cet ouvrage, tu nous invites à jeter avec toi un coup d’œil dans le rétroviseur : Grands Prix, pilotes d’exception, écuries, circuits, chiffres, statistiques, records, tout y est. Merci pour cette remontée flat out dans la fabuleuse histoire de la Formule 1 ». Teintés de respect et d’une évidente affection pour celui à qui ils se destinent, les mots de Jacky Ickx en préface de « 1000 Grands Prix 70 ans de Formule 1 » résument avec fidélité l’esprit d’une œuvre dont la principale vocation est de faire revivre à tous les amoureux de la catégorie reine du sport automobile les plus grandes heures de leur discipline favorite.

Lancé dans un relatif anonymat le samedi 13 mai 1950 sur une base désaffectée de la Royal Air Force (Silverstone), le championnat du monde de Formule 1 a célébré en 2019 le 1000ème Grand Prix de son histoire (en Chine), de quoi donner à Stéphane Barbé l’idée de consacrer un ouvrage autour de ce chiffre hautement symbolique. Déjà auteur de plusieurs livres sur la F1 (il a notamment co-écrit « 100 ans de Grands Prix automobile en France » ou encore « Formule 1 à la une : les grands champions »), le rédacteur en chef adjoint de la rubrique auto du journal L’Équipe choisit ici de séquencer son récit à travers différentes thématiques tout en abreuvant le lecteur d’une multitude de statistiques et de magnifiques photos d’archives du seul quotidien sportif français. Aussi judicieuse qu’efficace, cette approche favorise une lecture particulièrement fluide de l’œuvre.

Des stats en veux-tu en voilà

« Mille Grands Prix de F1, une borne importante pour le sport automobile », embraye l’auteur dans son avant-propos. Le moment de s’arrêter un instant sur un pan entier d’histoire. » Après avoir démontré (infographie à l’appui) que le calendrier de la Formule 1 n’a jamais été aussi copieux en 70 ans d’existence (il compte aujourd’hui vingt-deux manches quand seulement sept épreuves étaient inscrites au championnat du monde lors de la saison inaugurale en 1950), Stéphane Barbé désigne les dix plus beaux circuits de la catégorie pinacle du sport automobile. Si la présence de pistes légendaires telles que Spa-Francorchamps (Belgique), Suzuka (Japon), Monza (Italie), Silverstone (Grande-Bretagne) ou encore de Monaco ne souffre d’aucune contestation possible, les choix de Marina-Bay (Singapour), d’Austin (États-Unis) ou encore du Castellet (France) interrogent davantage tant leurs tracés manquent cruellement de caractère et d’intérêt.

Plus juste dans sa sélection des dix Grand Prix les plus marquants de l’histoire (France 1979, Allemagne 1957, Italie 1971, Europe 1993, Brésil 2008 …), le journaliste de L’Équipe enchaîne par un petit tour d’horizon des pistes les plus atypiques (Las Vegas, Porto-Boavista, Yeongam) et dangereuses (Nürburgring, Watkins Glen, Hockenheim, l’ancien Spa) qu’ait connu la Formule 1. Richement illustrée, cette première grande partie laisse ensuite place à un long passage sur les principaux héros (les pilotes) de cette discipline d’exception. L’occasion pour Stéphane Barbé de rappeler que malgré son rayonnement mondial, la catégorie reine reste la chasse-gardée de pays culturellement liés à la course automobile. « Rapporté à d’autres sports d’envergure internationale, le championnat du monde de Formule 1 n’a finalement compté, en mille Grands Prix, que 38 nationalités différentes, souligne judicieusement l’auteur dans son ouvrage. C’est assez peu. L’automobile n’a jamais été un sport de masse malgré la mise en place de filières pour les jeunes générations. »

Un séquençage par thème efficace

Appuyé dans ses propos par l’apport de très nombreuses statistiques (on y apprend notamment que le Royaume-Uni compte au soir du 1000ème Grand Prix 279 victoires et 10 titres pilotes soit plus que n’importe quelle autre nation), Stéphane Barbé livre dans la foulée son classement des dix pilotes les plus emblématiques de la Formule 1. Fangio, Senna, Schumacher, Prost, Hamilton ou encore Stewart y figurent logiquement tout comme (c’est autrement plus surprenant) le jeune trublion de chez Red Bull Max Verstappen. « Le palmarès fait l’essentiel, mais n’est pas tout, explique le grand reporter dans son livre. Au-delà des classements d’une génération à l’autre, le talent (plus ou moins récompensé), le charisme, l’engagement en piste, la vitesse pure ou l’intelligence de la course, la jeunesse aussi font que ces pilotes ont emporté les faveurs des fans au fils des saisons. »

Soucieux de rendre également hommage à tous ceux qui ont vu leur destin se briser lors d’une course de F1 (ou dans une autre discipline), le rédacteur en chef adjoint de la rubrique auto du journal L’Équipe conclut cette deuxième partie principale par un listing chronologique des pilotes décédés sur un circuit (ils sont 86 en tout depuis Raymond Sommer en 1950 jusqu’à Justin Wilson en 2015). « Quand on fermait la porte de la maison le jeudi pour partir sur une course, on n’était pas sûr d’y revenir le dimanche soir », corrobore l’ancien pilote de Ferrari Jacky Ickx. Rare survivant d’une période particulièrement meurtrière (28 pilotes ont perdu la vie lors du passage de « Monsieur le Mans » en catégorie reine), le Belge peut également se targuer d’avoir piloté pour cinq (Ferrari, Lotus, Brabham, Williams et McLaren) des quinze écuries couronnées championnes du monde des constructeurs.

Barbé met dans le 1000

Logiquement intégrées par l’auteur dans la liste des dix écuries de F1 les plus fameuses de l’histoire (il faut y ajouter Tyrrell, Ligier, Alfa Romeo, Renault et Red Bull), ces cinq « monstres sacrés » de la catégorie reine du sport automobile se partagent à elles seules 647 des 1000 victoires mises en jeu depuis l’inauguration du championnat du monde en 1950. La palme de l’équipe la plus triomphante de l’histoire revenant logiquement (avec 235 succès) au seul team ayant disputé l’intégralité des soixante-dix saisons de F1. « Ferrari n’est pas seulement une écurie de F1, précise Stéphane Barbé dans son œuvre. Elle est une exception. Culturelle, passionnelle. Son prestige dépasse largement le cadre de l’Italie, sinon les plus grands champions n’auraient pas voulu -ou failli (Senna)– piloter pour la Scuderia. »

Concis, mais complet dans son travail de présentation de ces dix teams à la destinée légendaire, le grand reporter du journal L’Équipe parachève son passionnant récit par une sélection (forcément subjective) des Formule 1 les plus belles (Ferrari 641, Lotus 49, Maserati 250F, McLaren MP4/5B, Renault RE40) et les plus extravagantes (Tyrrell P34, Ensign N179, Brabham BT46B, Ligier JS5, March 711) de l’histoire. Passé maître dans l’art de proposer des ouvrages de bonne facture sur le sport automobile, Stéphane Barbé réussit l’essentiel avec « 1000 Grands Prix 70 ans de Formule 1 » en réunissant à la fois la qualité des textes à la richesse des chiffres et des photographies. On regrettera simplement que l’auteur n’ait pas davantage puisé dans les splendides archives de L’Équipe pour bonifier son récit de quelques-uns des meilleurs articles écrits, en leur temps, par les plus belles plumes du journal sportif de référence en France.

Andrea Noviello

« 1000 Grands Prix 70 ans de Formule 1 » par Stéphane Barbé, préface signée Jacky Ickx, Solar Éditions, 167 pages – 29,90 €

1000 Grands Prix 70 ans de Formule 1

Stéphane Barbé dédie son livre aux regrettés Jules Bianchi, Henry Surtees et Anthoine Hubert.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*