logo warm up f1
Grand Prix de France

Qualification : Leclerc sauve les meubles

Charles Leclerc qualification France 2019 Charles Leclerc décroche un bon troisième temps lors des qualifications du Grand Prix de France.
facebooktwittergoogle_plus

Abonné au top 3 en essais libres, Charles Leclerc a confirmé ses bonnes dispositions sur le circuit du Castellet lors des qualifications du Grand Prix de France. De nouveau troisième derrière les intouchables Mercedes d’Hamilton et de Bottas, le Monégasque devance nettement son coéquipier chez Ferrari Vettel seulement septième temps de la séance.

Il restait sur une dernière sortie mitigée. Une performance honorable certes, mais pas réellement représentative du niveau de compétitivité qui a été le sien depuis qu’il a endossé la combinaison ornée du mythique cheval cabré. Oui Charles Leclerc a décroché au Canada son deuxième podium en Formule 1, mais pour la première fois de l’année il y a également subi de plein fouet la comparaison avec son quadruple champion du monde d’équipier Sebastian Vettel. Battu à plate couture par l’Allemand en qualification comme en course, l’enfant prodige de la Principauté avait à cœur de vite effacer ce faux-pas montréalais histoire de prouver, si tant est que cela soit encore nécessaire, à son employeur qu’il dispose bien de toutes les armes nécessaires pour s’imposer à terme comme le nouvel homme fort de Maranello. Décidé à remettre quelques pendules à l’heure sur le plateau du Castellet, le Monégasque a parfaitement respecté son plan de route, réussissant même l’un de ses débuts de week-ends les plus accomplis depuis ses débuts en rouge.

Meilleur des autres en essais libres (il décroche le troisième chrono lors des deux séances du vendredi et dans celle du samedi matin), le champion 2017 de Formule 2 a magnifiquement renouvelé sa performance cet après-midi en qualification, parvenant même à prendre pour la première fois depuis Bahreïn l’ascendant sur son voisin de garage Vettel dans un exercice où « Baby-Schumi » avait pourtant l’habitude de sérieusement le malmener jusque-là. « Je suis plutôt satisfait de mon tour au final, confesse le pilote Ferrari au micro de Paul di Resta. Malheureusement, cela n’était pas suffisant aujourd’hui. On continue de travailler pour tenter de combler l’écart sur les Mercedes. À un moment donné on y arrivera. Mais il nous reste encore du travail à faire. » Repoussé à plus de six dixièmes du poleman du jour Lewis Hamilton, Leclerc n’a en effet jamais été en mesure de contester l’implacable suprématie des flèches d’argent sur le plateau du Castellet. Si la Q1 (0,097 seconde d’écart avec Bottas) et la Q2 (0,262 seconde de retard sur ce même Bottas) lui ont un temps laisser croire à l’exploit, la Q3 est cruellement venue rappeler au Monégasque le différentiel de performance qu’il existe entre l’impressionnante W10 et sa perfectible SF90.

« Profiter de notre vitesse de pointe pour attaquer nos adversaires »

Contraint de s’incliner, une nouvelle fois, face à la supériorité évidente des flèches d’argent, le protégé de Nicolas Todt peut tout de même s’enorgueillir d’être le seul pilote non Mercedes à avoir franchi la barre des 1’29 au tour (il signe un temps de 1’28’’965) sur le circuit Paul-Ricard. Autre motif de satisfaction : la nouvelle recrue de la Scuderia a collé près d’une seconde pleine à son supposé chef de file Vettel (1’29’’799) au terme d’une séance qualificative où il aura, à l’exception de la Q2, constamment dicté sa loi au natif d’Heppenheim. « On doit évidemment se satisfaire d’avoir réussi à maximiser le potentiel de la voiture, confie en interview d’après qualification le natif de Monaco. Mais d’un autre côté, il est difficile d’être vraiment content quand on voit l’écart avec les Mercedes. » Dominateur dans le clan Ferrari tout le week-end, le champion 2016 de GP3 entend bien conserver son ascendant sur l’ancien enfant prodige de Red Bull demain en course.

Déterminé à infliger à l’Allemand son deuxième revers de la saison le dimanche après-midi, Leclerc n’en oublie pas pour autant de regarder vers le haut avec gourmandise, conscient du rôle de trouble-fête qu’il aura inévitablement à jouer dans la lutte à la victoire que devraient se livrer les deux pilotes de la firme à l’étoile Hamilton et Bottas. « Le départ sera très important demain, prophétise la révélation de la saison 2018. Passer les deux ou trois premiers virages sans encombre sera essentiel. Dans la ligne droite j’espère pouvoir ensuite profiter de notre vitesse de pointe pour attaquer nos adversaires. Si on pouvait réussir une bonne course demain ce serait encourageant. » Spectateur privilégié du duel Vettel-Hamilton il y a deux semaines au Canada, le pilote Ferrari espère cette fois venir se mêler à la lutte avec les gros bras. Histoire de démontrer à son employeur, mais aussi à l’ensemble du paddock que sa sensationnelle prestation de Bahreïn n’était pas qu’un coup d’éclat sans lendemain.

Andrea Noviello

Charles Leclerc qualification Paul-Ricard 2019

Charles Leclerc mise sur un départ propre pour tenter d’embêter les Mercedes lors du Grand Prix.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*