logo warm up f1
Grand Prix du Japon

Qualification : Leclerc tombe sur un os

Charles Leclerc qualification Japon 2019 En s'adjugeant le 2ème chrono, Leclerc a verrouillé la 79ème première ligne 100% Ferrari de l'histoire.
facebooktwittergoogle_plus

Invaincu dans l’exercice du tour chronométré depuis Spa, Charles Leclerc est tombé de son piédestal lors la séance qualificative du Grand Prix du Japon. Battu par son coéquipier chez Ferrari Vettel, le Monégasque se console tout de même avec le deuxième temps, offrant ainsi à la Scuderia son troisième doublé de l’année en qualification.

Sa journée du vendredi ne l’avait guère incité à l’optimisme. Malmené par des Mercedes redevenues (au moins le temps d’une journée) démoniaques sur le juge de paix de Suzuka (il concède 1,1 seconde en EL1 et 3,5 dixièmes en EL2 à Bottas), Charles Leclerc s’attendait à devoir courber l’échine à l’occasion de la dix-septième séance qualificative de la saison. Privé d’une troisième cession libre toujours riche en enseignements et en ajustements, le pilote Ferrari a attaqué sa matinée de dimanche (les qualifications ont été reportées d’un jour en raison du passage du typhon Hagibis) sans certitude aucune et avec pour seule ambition de limiter les dégâts face des flèches d’argent d’ores et déjà annoncées comme les grandes favorites de ce Grand Prix du Japon. Rétrogradé dans un rôle (désormais inhabituel pour lui) d’outsider, le Monégasque a déjoué tous les pronostics lors d’une qualification nippone qui aura vu les Ferrari retrouvé inopinément de leur superbe.

Meilleur chrono d’une Q1 interrompue à deux reprises sous drapeau rouge par les sorties de piste de Kubica et de Magnussen, Leclerc a embrayé sur une Q2 (5ème temps) et une Q3 (2ème temps) toute aussi solide bien qu’il ait fini, après quatre pole positions consécutives, par trouver à qui parler dans l’exercice de la vitesse pure en la personne de son voisin de garage à Maranello, Sebastian Vettel. Déjà devancé par le quadruple champion du monde à l’issue de son premier run en Q3, le protégé de Nicolas Todt a, de nouveau, subi la loi de l’Allemand dans son ultime tentative malgré une amélioration personnelle de trois dixièmes. « Seb a réalisé un tour fantastique, reconnaît la figure de proue de la Ferrari Driver Academy. Il mérite d’être en pole. Je souffre un peu depuis le début du week-end. Si on excepte le troisième secteur où j’ai commis quelques erreurs, je suis plutôt satisfait de mon tour. Signer la pole n’était de toute façon pas envisageable aujourd’hui, Seb était trop rapide. Je suis très surpris par ce doublé après les essais libres que nous avons connus. On va tâcher de rester devant les Mercedes en course, mais ce ne sera pas chose facile. »

« Les Mercedes promettent d’être très rapides en course »

Deuxième meilleur performeur du jour en 1’27’’253, Leclerc voit une potentielle cinquième pole position d’affilée lui filer entre les doigts pour seulement 189 millièmes de secondes, un débours infime qui tire sa provenance d’une mauvaise sortie de la chicane et plus globalement d’un dernier secteur raté alors qu’il possédait près de deux dixièmes d’avance sur le chrono de Vettel à la sortie du deuxième partiel. Dominé une fois n’est pas coutume par « Baby-Schumi » en qualification, le champion 2017 de Formule 2 encaisse son premier revers dans l’exercice du tour chronométré face à Vettel depuis le 8 juin dernier, date à laquelle l’Allemand avait enlevé sa première pole de l’année au Canada. Ce week-end-là, le natif d’Heppenheim s’était également montré supérieur à son jeune coéquipier en course et seule une aberrante pénalité (cinq secondes pour avoir tassé Hamilton contre le mur après un tout-droit dans la chicane) de la direction de course l’avait alors empêché de triompher le dimanche après-midi.

Soucieux de confirmer son embellie récente, Vettel va tenter de réussir cet après-midi là où il avait échoué sur les rives du Saint-Laurent : convertir sa pole en victoire et par la même occasion ranger au rayon des péripéties de l’année son refus d’obéir aux ordres de la Scuderia en Russie. Impatient, quant à lui, de prendre sa revanche après l’épisode polémique de Sotchi, Leclerc cherchera de son côté à rendre la monnaie de sa pièce au quadruple champion du monde en lui ravissant, dès l’extinction des feux, les commandes du Grand Prix. S’il y parvenait, l’enfant prodige de la Principauté aurait alors toutes les cartes en main pour briguer un troisième succès dans ce championnat 2019. À condition, toutefois, de savoir endiguer la progression de Mercedes potentiellement plus performantes que les Ferrari sur les longs relais. « Les Mercedes promettent d’être très rapides en course, prévient le champion 2016 de GP3. Clairement, ce ne sera pas facile. Maintenant c’est à nous de tout faire pour conserver ce doublé cet après-midi. »

Andrea Noviello

Charles Leclerc box Suzuka 2019

Leclerc concède sa première défaite en qualification face à Vettel depuis le Grand Prix du Canada.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*