logo warm up f1
Grand Prix d’Australie

Qualification : Leclerc une première en demi-teinte

Charles Leclerc qualification Australie 2019 Pour sa grande première en rouge, Charles Leclerc empoche le 5ème chrono des qualifications.
facebooktwittergoogle_plus

Empli d’espoirs après l’impression de force laissée par la Scuderia lors des essais hivernaux, Charles Leclerc a quelque peu déchanté lors des qualifications du Grand Prix d’Australie. Parti à la faute lors de sa dernière tentative en Q3, la nouveau pilote Ferrari doit se contenter du cinquième temps à près d’une seconde de la pole réalisée par Hamilton.

L’an dernier, pour sa grande découverte du monde de la Formule 1, il s’était montré solide à défaut d’être brillant. Certes, celui qui défendait alors les couleurs de Sauber n’avait pas réussi à damer le pion à son expérimenté coéquipier Marcus Ericsson dans le si complexe exercice du tour chronométré. Battu d’infime justesse par le Suédois (moins d’un dixième) dans les dernières secondes de la Q1, Charles Leclerc décrochait une anonyme dix-huitième place sur la grille, une performance loin d’être reluisante, mais résolument satisfaisante compte-tenu du potentiel (encore) limité de la C37. Logiquement saluée par son écurie, la prestation du protégé de Nicolas Todt avait pourtant eu du mal à trouver le même écho chez le principal intéressé. Conscient d’avoir laissé échapper une possible accession en Q2 sur une petite erreur dans le virage 4, l’enfant prodige de la Principauté peinait à masquer une certaine déception.

Douze mois plus tard, le scénario de Melbourne a bégayé pour celui qui a, entre-temps, enfilé les habits de lumière de la mythique Scuderia Ferrari. Longtemps promis à une des deux premières lignes de la grille, Leclerc a finalement vu ce diable de Max Verstappen lui souffler, sur le gong, la quatrième position, la faute à un nouvel écart de conduite lors de son ultime tentative. « Je ne suis clairement pas satisfait du résultat de ces qualifications, concède avec honnêteté la révélation du championnat 2018. La Q1 avait été bonne, la Q2 très bonne, mais en Q3 j’ai commis trop d’erreur notamment lors de mon second run. Je suis parti à la faute dans le premier virage et j’ai ensuite tout logiquement été incapable d’améliorer mon chrono. Je vais m’efforcer d’apprendre de cette séance tout en préparant la course du mieux possible. » Cinquième temps de ces qualifications en 1’21’’442, l’ancien membre de la FDA signe une première sortie officielle en rouge contrastée dans les rues de l’Albert Park.

« Je vise une place sur le podium »

Épatant meilleur chrono de la Q1 (1’22’’017), Leclerc prit de nouveau la mesure de son quadruple champion du monde d’équipier Sebastian Vettel en Q2 (il décroche sur une seule tentative le quatrième chrono en 1’21’’739) avant de finalement perdre son face-à-face avec l’Allemand dans la dernière partie de cette séance qualificative. Repoussé à deux bons dixièmes de son voisin de garage, le champion 2017 de Formule 2 accuse en revanche près d’une seconde pleine à la Mercedes du poleman Lewis Hamilton (1’20’’486), un gouffre dont il ne parvient pas totalement à justifier l’ampleur. « On s’attendait à un écart plus réduit avec nos principaux rivaux, révèle avec une pointe de déception le natif de Monaco. Après, Melbourne reste un tracé très atypique. Il offre souvent une hiérarchie différente de celle qui prévaut sur les circuits plus traditionnels. » Élevée au rang de favorite logique du championnat après sa brillante démonstration de force de Barcelone, Ferrari essuie un premier revers de taille face à sa rivale Mercedes en Australie.

Incapables de rivaliser avec les flèches d’argent dans l’exercice de la vitesse pure, les monoplaces rouges vont devoir nettement hausser leur niveau de jeu en course pour espérer faire dérailler le rouleau compresseur germano-britannique. « On peut encore améliorer certaines choses sur la voiture, tente de positiver le pilote flanqué du numéro 16. La course n’a lieu que demain. Elle sera longue. Mon objectif initial n’a pas changé : je vise une place sur le podium. Je vais très certainement devoir prendre un départ parfait, car les dépassements sont loin d’être une sinécure ici. » La saison passée, Leclerc avait manqué son envol (depuis le côté sale de la piste) sans toutefois que cela ne porte réellement préjudice à son résultat final (13ème). Cette fois, le petit prince de la Scuderia devra obligatoirement soigner sa mise en action s’il souhaite non seulement marquer de son empreinte cette manche inaugurale de la saison 2019, mais aussi réussir son entrée à Maranello.

Andrea Noviello

CHarles Leclerc qualification Melbourne 2019

Pour briguer le podium, Leclerc sait qu’il lui faudra prendre un départ parfait demain en course.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*