logo warm up f1
Grand Prix d’Autriche

Les Tops du Grand Prix d’Autriche

Max Verstappen the top Autriche 2018 Max Verstappen signe en Autriche la 58ème victoire d'une Red Bull en Formule 1.
facebooktwittergoogle_plus

Max Verstappen

Max Verstappen top Autriche 2018

Arrivé sur les terres de son employeur fort d’une troisième place au Canada et d’une seconde position en France, Max Verstappen a encore élevé le curseur en Autriche, décrochant une victoire aussi opportuniste qu’amplement méritée eu égard à sa formidable gestion de la dégradation de ses gommes en fin d’épreuve. Cinquième temps des qualifications, le Batave réalise un départ propre qui lui permet d’effacer dès le virage 1 la Mercedes du poleman Bottas. En mesure d’inquiéter la Ferrari de Räikkönen quelques mètres plus loin à la suite d’une manœuvre trop optimiste du Finlandais sur Hamilton, le pilote Red Bull va finalement voir Bottas reprendre son bien dans la descente vers Schlossgold, le reléguant à sa quatrième place initiale. Pas décidé à baisser pavillon, le fils de Jos pousse gentiment Räikkönen sur l’extérieur à la sortie de Würth, récupérant une troisième place importantissime au regard du scénario complètement inattendu de cette neuvième manche de la saison. Rapidement largué par le duo Mercedes, il compte déjà 5,1 secondes de retard sur le leader à l’entame du 9ème tour, le champion du monde 2013 de karting hérite d’abord de la deuxième place de Bottas lorsque le Finlandais doit renoncer sur problème de boîte de vitesses au 14ème passage avant que l’intervention de la virtual safety-car une boucle plus tard ne lui offre l’occasion unique de totalement renverser le cours des événements. Logiquement appelé à son stand par son pit-wall afin de monter les pneus tendres, le Néerlandais s’empare des commandes de l’épreuve au moment du pit-stop d’Hamilton dans le 26ème tour pour ne plus les lâcher en dépit de l’intense pression qui lui infligera les Ferrari dans les dernières boucles. Magistral de sang-froid et de maîtrise à Spielberg, Verstappen débloque enfin son compteur de victoire en 2018, empochant son quatrième succès en catégorie reine. Mieux, l’abandon de son coéquipier Ricciardo, conjugué à son quatrième podium en cinq courses, le replace à seulement trois longueurs (96 à 93) de l’Australien au classement pilotes. Il a le vent en poupe.

Romain Grosjean

Romain Grosjean top Autriche 2018

Le Français n’avait plus été à pareille fête depuis le (trop) lointain Grand Prix de Belgique 2015 où, au volant de la Lotus, il avait décroché le dixième et dernier podium de sa carrière. Accablé par les critiques en cette première moitié de championnat 2018, Romain Grosjean a enfin rétabli la situation en réussissant le week-end parfait en Autriche. Somptueux sixième chrono des qualifications, il se permet même de devancer à la régulière la Red Bull de Ricciardo, le pilote Haas s’est montré tout aussi efficace en course, profitant à merveille de l’abandon de plusieurs gros bras pour rallier l’arrivée à une magnifique quatrième position. Auteur d’une jolie mise en action où il se débarrasse aussitôt de l’Australien et de Vettel, le Tricolore rétrocède dès le 1er tour une place au natif de Perth avant de, tout aussi logiquement, s’incliner face à la Ferrari de l’Allemand dans la 3ème boucle. Retombé au septième rang, le natif de Genève prend facilement ses distances avec son coéquipier Magnussen avant que l’abandon de Bottas au 14ème tour et la neutralisation sous régime de virtual safety-car qui en découle ne favorise sa progression dans la hiérarchie. Appelé à son stand afin de monter les gommes tendres, l’ancien protégé d’Éric Boullier perd une position vis-à-vis de Perez puis la récupère lorsque « Checo » consent enfin à stopper au 28ème passage. Débarrassé un tour plus tard de la monoplace sœur de Magnussen, le champion 2011 de GP2 croit alors ne pas pouvoir viser plus haut que sa sixième place. Erreur. Après l’abandon de Ricciardo dans la 54ème boucle, Hamilton renonce à son tour dans la 63ème boucle, offrant sur un plateau au fer de lance de l’écurie américaine une quatrième place inespérée avant le départ. Touché, comme beaucoup de ses congénères, par du blistering en fin de Grand Prix, Grosjean gère parfaitement le retour tonitruant de son voisin garage et s’en va inscrire douze points d’un coup qui le place à une petite unité du débutant Leclerc. Le Romain que l’on aimerait voir plus souvent.

Sauber

Sauber top Autriche 2018

En plein renouveau depuis le début de ce championnat 2018, Sauber a réalisé une très belle prestation d’ensemble dans le décor bucolique des montagnes autrichiennes. Si l’écurie helvétique avait, jusque-là, bien souvent dû se reposer sur les seuls exploits de sa pépite Charles Leclerc, elle a cette fois réussi à placer ses deux monoplaces dans les points, une performance qu’elle n’avait plus réédité depuis trois ans et le Grand Prix de Chine 2015. Pénalisé avant même de débuter la séance qualificative d’un recul de cinq places sur la grille pour changement de boîte de vitesse, le prodigue de la Ferrari Driver Academy parvient à se hisser une nouvelle fois en Q2, signant un treizième temps qui, après sa sanction, s’est transformé en dix-huitième rang sur la grille. Crédité d’un bel envol, le Monégasque gagne quatre places à l’extinction des feux avant de partir à la faute dans le 3ème tour, reculant ainsi en avant-dernier position. Facilement venu à bout d’Alonso (6ème boucle), Hartley (11ème boucle) et d’Ericsson (13ème boucle) avant de procéder à son unique pit-stop au 15ème passage, le protégé de Nicolas Todt s’offrira en deuxième partie de course le scalp de Stroll (28ème boucle) et de Gasly (66ème boucle) pour arracher sa cinquième entrée dans les points en six Grand Prix. Classé juste derrière Leclerc sous le drapeau à damier, Marcus Ericsson n’aura pas pour autant connu un week-end de tout repos dans la verdoyante Styrie. Décevant vingtième temps des qualifications, le Suédois va pleinement se racheter en course grâce à une audacieuse, mais payante stratégie décalée. Déjà seizième à la fin du 1er tour, le Nordique tire habilement profit de ses gommes tendres pour couvrir un premier relais marathon (46 tours) et se hisser dans le top dix. Relégué à une anonyme quatorzième position après son changement de pneus, le pilote de l’écurie suisse exécute une fin d’épreuve tonitruante pour glaner son premier point depuis le mois d’avril à Bahreïn. Avec les neuvièmes et dixièmes places de son duo Leclerc-Ericsson à Zeltweg, Sauber rajoute trois unités à son compteur et recolle à seulement trois longueurs de sa principale rivale Toro Rosso (19 à 16). Du bon boulot.

Fernando Alonso

Fernando Alonso top Autriche 2018

Son pathétique Grand Prix de France aurait pu avoir raison de sa motivation, mais l’Espagnol n’est décidément pas du genre à lâcher prise quand bien même la situation l’exigerait. Remonté comme une pendule après sa déception varoise, Fernando Alonso a magnifiquement mis fin à sa série de trois résultats blancs consécutifs en conquérant avec maestria les quatre points de la huitième place. Seul pilote McLaren capable d’hisser la poussif MCL33 en Q2, il décroche le quatorzième temps collant au passage deux dixièmes à son coéquipier Vandoorne, « Nando » a également été le seul représentant de l’écurie de Woking en mesure de se distinguer le dimanche après-midi sous l’intense chaleur autrichienne. Contraint de s’élancer depuis la voie des stands à la suite d’un changement d’aileron-avant et de MGU-K, le natif d’Oviedo grimpe d’entrée au dix-huitième rang grâce à l’accrochage de son voisin de garage et la sortie de piste de Leclerc. Doublé par le Monégasque au 7ème passage, le double champion du monde profite la neutralisation de la course huit boucles plus tard pour stopper à son stand et monter les gommes tendres. Longtemps bloqué dans les bas-fonds du classement, le « Taureau des Asturies » amorce sa timide, mais inexorable remontée à la suite du pit-stop de Sirotkin au 25ème tour. Venu à bout de l’autre Williams de Stroll dans la 37ème boucle, l’Ibère poursuit son incroyable retour aux avant-postes à la faveur de l’arrêt tardif de la Sauber d’Ericsson (47ème tour) et du double abandon de Ricciardo (54ème tour) et d’Hamilton (63ème tour). Déchaîné par cette succession d’événements favorables, l’ancien protégé de Flavio Briatore avale Leclerc (62ème tour) et Gasly (65ème tour) en fin d’épreuve pour apporter à une écurie McLaren toujours sous perfusion quatre points salvateurs qui la maintiennent devant Force India au championnat constructeurs. On dit merci qui ?

Andrea Noviello

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*