logo warm up f1
Grand Prix d’Abou Dhabi

Qualification : Bottas y prend goût

Valtteri Bottas qualification Abou Dhabi 2017 Valtteri Bottas rafle dans la nuit d'Abou Dabi sa quatrième pole position lors de cette saison 2017.
facebooktwittergoogle_plus

Dans l’ombre du duo Hamilton-Vettel depuis l’entame du week-end, Valtteri Bottas a attendu le moment fatidique du tour chronométré pour dévoiler son jeu et décrocher le temps le plus rapide des qualifications du Grand Prix d’Abou Dhabi. Resté de glace face aux assauts de son coéquipier en Q3, le Finlandais enlève la quatrième pole position de sa carrière devant la Mercedes sœur de Lewis Hamilton et la Ferrari de Sebastian Vettel.

Conscient d’être passé à côté d’une victoire facile au Brésil à cause de son erreur en qualification, Lewis Hamilton s’était promis de ne pas répéter la même faute lors de la dernière manche de la saison donnée dans le décor luxuriant d’Abou Dhabi. Bien décidé à terminer en beauté un championnat qu’il aura, une nouvelle fois, marqué de son empreinte, le Britannique s’était également juré de ne pas réitérer l’erreur qui lui avait sans doute coûté la couronne mondiale l’an dernier au profit de son ancien ami d’enfance Nico Rosberg. En terminant en roue libre une saison 2015 grandiose, le quadruple champion du monde avait non seulement redonné confiance à l’Allemand, mais s’était surtout placé dans une position relativement inconfortable en vue du début d’exercice 2016. Il lui fallait donc réaffirmer sa supériorité dans un exercice où il s’est révélé onze fois intouchables jusque-là, mais où il ne s’est plus montré souverain depuis le mois d’octobre à Austin. Malgré toute sa bonne volonté, l’Anglais n’est pas parvenu à respecter le tableau de marche qu’il s’était fixé en arrivant dans les Émirats.

Dominateur lors des deux dernières séances libres du week-end, seul Sebastian Vettel ayant réussi à lui chiper le meilleur temps en EL1, le fer de lance de la firme à l’étoile semblait bien parti pour rééditer sa performance dans l’exercice si difficile des qualifications. Après avoir laissé son coéquipier Valtteri Bottas truster le sommet de la feuille des temps en Q1, le natif de Stevenage avait (logiquement) récupéré son bien en Q2 et remis le Finlandais à sa place : celle du fidèle lieutenant censé couvrir ses arrières. Problème, l’ancien petit protégé de Toto Wolff n’était pas disposé à se contenter d’un rôle aussi ingrat sous le soleil couchant de Yas Marina. Déterminé, lui aussi, à conclure son championnat 2017 sur une bonne note, le remplaçant de Rosberg chez Mercedes a sorti le tour parfait en début de Q3, s’emparant ainsi d’un meilleur chrono que personne ne sera alors en mesure de lui ravir, pas même ce diable d’Hamilton dans un ultime run conclu sur une sortie au large dans le dernier virage.

Hamilton beau joueur

« Tout était sous contrôle, se satisfait le natif de Nastola. J’étais très à l’aise au volant de la voiture et les choses allaient de mieux en mieux pour moi. J’ai essayé de gagner du temps ici et là. Mon premier tour en Q3 a été très bon. Mon objectif demain me semble assez clair : gagner et prouver que Mercedes a eu raison de me faire confiance. Je ne veux pas rester sur la déception d’Interlagos. » Auteur du chrono de référence en 1’36 »231, Valtteri Bottas cherchera cette fois à faire fructifier son avantage (présumé) des qualifications, lui qui n’a réussi à convertir qu’une seule de ses trois précédentes pole position en victoire (Autriche) et qui reste sur une mise en action ratée au Brésil. Coupable d’une largesse trop pénalisante dans sa dernière tentative pour contester la suprématie de son voisin de garage en fin de Q3, Lewis Hamilton échoue finalement à 172 millièmes de Bottas, mais peut tout de même se monter résolument optimiste avant d’aborder une course qu’il a déjà accroché à trois reprises (2011, 2014, 2016) à son palmarès.

« Ce fut une qualification incroyable, s’exclame le pilote britannique. Mes félicitations à Valtteri. J’ai tout donné, mais j’ai été moins compétitif que lui aujourd’hui. Il a réalisé un travail exceptionnel. J’espère que nous aurons une bonne course demain et que ce ne sera pas une procession. » Ragaillardi par son brillant succès brésilien, Sebastian Vettel n’a en revanche pas pesé bien lourd dans les Émirats Arabes-Unis face aux intouchables flèches d’argent, l’Allemand devant se contenter d’un lointain troisième chrono à une bonne demi-seconde du temps de la pole. Frustré par ses dernières sorties malheureuses (trois abandons lors des quatre dernières courses), Daniel Ricciardo (4ème) a mis un point d’honneur à inverser la tendance en reléguant derrière lui la seconde Ferrari de Kimi Räikkönen (5ème) et la deuxième Red Bull de son coéquipier Max Verstappen (6ème). En proie à des soucis de crémaillère lors de la journée du vendredi, le prodigue néerlandais n’a jamais pu retrouver ses sensations une fois le problème réglé et a ainsi fait pâle figure dans un exercice du tour chronométré où il avait pourtant pris l’habitude de dominer régulièrement « Smiling » cette saison.

Massa s’offre un dernier plaisir

Relancé par sa dixième place en terre pauliste, Nico Hulkenberg (7ème) a, quant à lui, confirmé son rebond en dominant à la régulière et au prix d’une ultime tentative superbe les deux Force India de Sergio Perez (8ème) et d’Esteban Ocon (9ème). Surmotivé pour sa dernière qualification au volant d’une Formule 1, Felipe Massa (10ème) a honoré son statut de vice-champion du monde 2008 en s’invitant d’extrême justesse dans la dernière partie de la séance et en collant, surtout, une seconde pleine à son coéquipier Lance Stroll (15ème). « Je ne sais pas comment j’ai pu rentrer en Q3, s’interroge le futur retraité. J’étais à la limite, mais j’ai réussi à tirer le meilleur de la voiture. C’était bon ! Je suis content de terminer la tête haute. Demain, je veux m’amuser. Je n’ai rien à perdre. Je vais prendre tous les risques possibles afin de signer un bon résultat. » Sorti sur le fil de la Q2 par son ancien coéquipier chez Ferrari, Fernando Alonso (11ème) s’offre tout de même la satisfaction de devancer son compatriote Carlos Sainz (12ème) et son coéquipier chez McLaren Stoffel Vandoorne (13ème).

Parvenu, à l’inverse de l’autre pilote Haas Romain Grosjean (16ème), à se sortir du piège de la Q1, Kevin Magnussen (14ème) tentera de sauver une fin de saison calamiteuse en accrochant les points en course. Épargné une fois n’est pas coutume par les ennuis techniques, Pierre Gasly (17ème) a limité les dégâts au volant d’une Toro Rosso désormais dépassée par l’ensemble de ses rivales en performance pure en achevant sa séance devant le duo de chez Sauber Pascal Wehrlein (18ème)-Marcus Ericsson (19ème) et en collant sept dixièmes à son coéquipier dans l’écurie sœur de Red Bull, Brendon Hartley (20ème). « Mon tour de qualification était bon, se satisfait le débutant tricolore. J’ai réussi à tout mettre ensemble. Ma seule déception concerne la performance en elle-même. C’est frustrant de ne pas pouvoir se battre pour de meilleures positions. Reste que nous avons tiré le maximum de l’auto aujourd’hui. Même si ce sera difficile, on va essayer de conserver notre sixième place au championnat. »

Andrea Noviello

Felipe Massa qualification Abou Dhabi 2017

Felipe Massa décroche le dixième chrono à l’issue de sa dernière qualification au volant d’une F1.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*