logo warm up f1
Grand Prix de Hongrie

Qualification : Hamilton l’eau bénite

Lewis Hamilton qualification Hongrie 2018 Intouchable sous la pluie, Lewis Hamilton décroche sa 5ème pole position de la saison.
facebooktwittergoogle_plus

En manque de rythme jusque-là sur le sec, Lewis Hamilton a magnifiquement tiré profit de l’arrivée de la pluie pour dominer la séance qualificative du Grand Prix de Hongrie. De nouveau souverain dans des conditions d’adhérence précaires, le Britannique enlève la 77ème pole position de sa carrière, devançant sur la grille la Mercedes sœur de Valtteri Bottas et la Ferrari de Kimi Räikkönen.

Aussi impressionnant soit son palmarès (5 victoires et 5 pole positions en 11 participations) sur le très tourmenté circuit du Hungaroring, Lewis Hamilton s’attendait à souffrir ce week-end sous la chaleur suffocante de Budapest. Mais contrairement à ce que beaucoup d’observateurs estimaient comme de la langue de bois, l’Anglais avait vu juste dans son analyse d’avant Grand Prix. Car rarement cette saison le pilote Mercedes avait autant peiné lors des trois séances libres précédant l’exercice si redouté des qualifications. Jamais mieux classé que quatrième temps (lors des libres 3), le natif de Stevenage a surtout fait montre d’inhabituelles imprécisions volant en main à l’image de son impressionnante dérobade du train arrière dans la chicane le vendredi matin. Pris également à défaut dans l’après-midi au niveau du virage 4 et le samedi matin dans le virage 9, le leader du championnat a vite cerné la principale faiblesse de sa W09 sur le tarmac surchauffé du tracé magyar : une dégradation excessive de ses gommes arrière.

Incapable de les préserver aussi longtemps et aussi efficacement que les Red Bull ou les Ferrari, le Britannique ne partait donc pas avec les faveurs des pronostics au moment où les vingt monoplaces s’élançaient à l’assaut du chronomètre. Mais comme à Hockenheim une semaine plus tôt, le ciel est venu prêter main forte au quadruple champion du monde, déversant des trombes d’eau sur un circuit transformé en piscine géante l’espace d’une heure. Redoutable dans ces conditions qui lui siéent si bien, Hamilton a ainsi décroché la timbale à l’issue d’une dernière tentative de toute beauté, empochant la 77ème pole position de sa carrière, la sixième sur le sol hongrois. « On ne s’y attendait pas, concède le pilote flanqué du numéro 44. Sur le sec cela n’aurait pas été possible, car les Ferrari étaient vraiment trop rapides. La pluie a été une bénédiction pour nous même si la séance s’est révélée très piégeuse. Réaliser le doublé est une belle réussite. À nous maintenant de garder les Ferrari derrière demain en course. »

Gasly et Sainz dansent sous la pluie

Homme le plus rapide sous le déluge en 1’35’’658, Hamilton devance sur la grille son coéquipier Valtteri Bottas (2ème) et la première Ferrari de Kimi Räikkönen (3ème). Très à l’aise sur le mouillé, le Finlandais a un temps tenu le pole avant qu’une erreur dans son ultime run le repousse sur la deuxième ligne en compagnie de son coéquipier Sebastian Vettel (4ème). Dominateur en Q1 (sur le sec) et en Q2 (il a  pris le pari de monter immédiatement les intermédiaires), l’Allemand n’a en revanche pas pu rivaliser dans la dernière partie de la séance, échouant à une demi-seconde pleine de son principal adversaire au championnat. « Sous la pluie nous ne sommes pas autant en confiance que sur le sec, confie avec honnêteté le natif d’Heppenheim. Il nous en manque un peu. Nous devons donc travailler là-dessus. » Premier pilote à avoir tenté sa chance en ultratendres lors de l’assèchement de la piste en Q1, Carlos Sainz (5ème) a réalisé à bord de sa Renault la performance du jour en dominant à la régulière la Red Bull de Max Verstappen (7ème) ou les deux Haas de Kevin Magnussen (9ème) et de Romain Grosjean (10ème).

Tout aussi bluffant au volant d’une machine pourtant autrement moins compétitive que la RS18, Pierre Gasly (6ème) hisse sa Toro Rosso sur la troisième ligne, suivi de près par l’autre représentant de l’écurie basée à Faenza, Brendon Hartley (8ème). « Ce fut une séance complètement folle pour nous, s’extasie le Normand. Je suis super content du résultat obtenu. Garder la voiture sur la piste dans de telles conditions n’était vraiment pas facile, mais je suis parvenu à réaliser un bon tour. Quand j’ai vu la pluie arrivée, je savais qu’on aurait une belle opportunité. » Piégé par l’intensification violente et soudaine de la pluie en fin de Q2, ce qui vaudra à son ingénieur une réponse aussi glaciale que piquante par radio, Fernando Alonso (11ème) s’en tire néanmoins à bon compte, l’Espagnol précédant les deux principales victimes des mauvaises conditions climatiques, Daniel Ricciardo (12ème) et Nico Hulkenberg (13ème). Si l’Australien doit une partie de son échec à l’erreur de Lance Stroll (15ème) en Q2, la contreperformance du pilote Renault s’explique par une défaillance de la pompe de ravitaillement en essence.

Force India prend l’eau

Seul représentant de Sauber rescapé dans la deuxième partie des qualifications, le débutant Charles Leclerc (17ème) révélant après coup avoir péché par excès de prudence sous la pluie, Marcus Ericsson (14ème) a su tirer son épingle du jeu dans ces conditions d’adhérence précaires, dominant pour la première fois son voisin de garage dans l’exercice de la vitesse pure depuis les qualifications du Grand Prix de Bahreïn il y a de cela trois mois. « C’était une qualification très difficile et les conditions météorologique ont joué un grand rôle aujourd’hui, confirme le Suédois. Accéder à la Q2 est toujours un sentiment agréable. Je me sentais vraiment bien dans la voiture même si au final la qualification en Q2 s’est jouée à peu de choses avec Ricciardo. » Dans l’incapacité d’achever son dernier tour chrono, Stoffel Vandoorne (16ème) a, de son côté, de nouveau échoué à franchir le cap de la Q1, une contreperformance d’autant plus malvenue que les mauvaises conditions sévissant sur le Hungaroring auraient, en théorie, dû lui permettre de compenser les faiblesses criantes de la MCL33.

Placée sous administration judiciaire en marge de ce week-end hongrois, Force India a littéralement bu la tasse lors de ces douzièmes qualifications de la saison. Privé de freins sur sa VJM11, Esteban Ocon (18ème) parvient néanmoins à devancer l’autre pilote de l’écurie indienne, Sergio Perez (19ème), une petite prouesse que le protégé de Mercedes a savouré à sa juste valeur. « Ne pas terminer dernier alors que je n’avais plus de freins depuis le premier tour constitue un petit exploit en soi, affirme le Normand. Je suis satisfait de ma performance. C’était assez flippant, mais on a essayé de limiter les dégâts le plus possible. S’il pleut comme ça demain, on pourra remonter dans les points. Je n’ai plus qu’à faire la danse de la pluie ! » Plombé par un trafic pour le moins tenace et une monoplace toujours aussi indocile, Sergey Sirotkin (20ème) n’a, à l’inverse de son coéquipier Stroll, pas pu réaliser de miracle en qualification, enregistrant pour la première fois de sa jeune carrière en Formule 1 le dernier chrono du jour.

Andrea Noviello

Carlos Sainz qualification Hongrie 2018

Carlos Sainz a qualifié sa Renault à une superbe 5ème place lors de ces qualifications hongroises.

 

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*