logo warm up f1
Grand Prix de Grande-Bretagne

Les Tops du Grand Prix de Grande-Bretagne

Sebastian Vettel the top Angleterre 2018 Sebastian Vettel conquiert à Silverstone sa douzième victoire au volant d'une Ferrari.
facebooktwittergoogle_plus

Sebastian Vettel

Sebastian Vettel top Angleterre 2018

Son week-end britannique aurait pu prendre une toute autre tournure après un passage particulièrement traumatisant sur l’une des nombreuses bosses du nouveau tarmac de Silverstone. Diminué par une blessure au cou, Sebastian Vettel a pourtant fait abstraction de la douleur pour remporter une victoire de prestige sur les terres de son rival au championnat. Magnifique de combativité en qualification, il échoue à seulement 44 millièmes de la pole d’Hamilton, l’Allemand s’est révélé tout aussi accrocheur en course, refusant obstinément de céder la victoire à Bottas quand bien même une deuxième place lui aurait malgré tout permis d’accroître son avantage sur Hamilton au championnat. Crédité d’un nouvel envol de rêve à l’extinction des feux, le pilote Ferrari prend d’entrée la direction des opérations et profite de la cohue provoquée par son coéquipier Räikkönen pour se détacher de son dauphin Bottas. Intouchable pendant le premier relais, il repousse le Finlandais à plus de six secondes derrière lui au bout du 12ème tour, le quadruple champion du monde rentre effectuer son changement de pneus obligatoire au 21ème passage, troquant ses gommes tendres contre des médiums. Moins à l’aise avec ce composé, le natif d’Heppenheim perd une majeure partie de l’avance qu’il s’était construite sur Bottas, le Nordique revenant sous la barre de trois secondes quand l’entrée de la safety-car dans la 33ème boucle vient rabattre les cartes. Rappelé à son box une seconde fois le tour suivant, « Baby-Schumi » rechausse un train de pneus tendres, mais abandonne la tête de la course à Bottas. Pas décidé à laisser filer une victoire qui lui appartient, le fer de lance de la Scuderia vient à bout du rugueux pilote Mercedes à sa quatrième tentative sur un freinage de toute beauté à Brooklands. Magistral pendant tout ce week-end anglais, Vettel met fin à l’incroyable série de victoires d’Hamilton à Silverstone, empochant au passage le 51ème succès de sa carrière. Immense.

Lewis Hamilton

Lewis Hamilton top Angleterre 2018

Bon dernier après sa mésaventure du départ, Lewis Hamilton a brillamment renversé la situation à son avantage en arrachant à quatre tours du drapeau à damier une deuxième place cruciale dans l’optique du championnat. Surmotivé au moment d’attaquer son rendez-vous à domicile, l’Anglais a d’abord frappé un grand coup dans son exercice favori des qualifications, décrochant au bout du suspense la 76ème pole position de sa carrière pour 44 millièmes de seconde face à Vettel. Obnubilé à l’idée de prolonger sa formidable série de succès en terre britannique, le pilote Mercedes manque totalement son envol, laissant Vettel mais aussi son propre équipier Bottas lui filer sous le nez avant Abbey. Envoyé en toupie par l’autre Ferrari de Räikkönen dans Village, le quadruple champion du monde dégringole en dernière position et voit ses espoirs de triompher à domicile réduit à néant. Agacé par son accrochage, le natif de Stevenage se lance alors dans une folle remontée qui va le voir passer de la vingtième à la sixième place en seulement dix tours. Trop distancé (11,3 secondes) par Ricciardo pour espérer prendre à la régulière l’ascendant sur l’Australien, le fer de lance de la firme à l’étoile choisit de prolonger son premier relais avant de finalement stopper dans la 26ème boucle. Un choix qui s’avère payant, le Britannique se montrant tout bonnement irrésistible une fois équipé de pneus médiums. 1,5 seconde plus rapide que tous ses rivaux, l’ancien enfant prodigue de McLaren fond sur Räikkönen quand la sortie d’Ericsson au 33ème passage provoque l’entrée de la voiture de sécurité. Maintenu en piste par son écurie, le fils d’Anthony déborde les deux Red Bull pendant la neutralisation puis profite de gommes plus fraîches que celles de son coéquipier pour surprendre Bottas à Brooklands dans le 48ème tour. Impuissant face à un Vettel chaussé de pneus neufs, Hamilton se contente d’assurer la deuxième place en fin de course, limitant ainsi le delta à sept points sur l’Allemand au classement pilotes. Un guerrier.

Nico Hulkenberg

Nico Hulkenberg top Angleterre 2018

Bousculé depuis deux courses par un Carlos Sainz enfin au niveau attendu, l’Allemand a répondu à l’Espagnol en Grande-Bretagne, réussissant un week-end parfait de bout en bout. Largement devant le Madrilène en qualification, il signe le onzième chrono du jour collant au passage un demi-seconde pleine au fils du double champion du monde des rallyes, Nico Hulkenberg a logiquement conservé l’avantage en course, décrochant une sublime sixième place au nez et à la barbe d’Ocon, Alonso ou encore Magnussen. Libre de choisir son composé pneumatique au départ suite à son élimination en Q2, le pilote Renault s’élance en médiums et va tirer parti de la cohue du départ pour se hisser d’entrée au sixième rang devant la Sauber de Leclerc. Capable de conserver assez facilement derrière lui le prodigue monégasque, le vainqueur 2015 des 24 Heures du Mans doit en revanche s’incliner face à la supériorité évidente d’Hamilton au 10ème passage. Tombé en septième position, « Hulk » retrouve rapidement sa sixième place initiale grâce à l’arrêt de Räikkönen dans la 14ème boucle, mais ne s’y maintient que l’espace de quatre tours, le temps nécessaire au Finlandais pour revenir sur lui et le déposer à l’aide du DRS dans Hangar Straight. Appelé à son stand à l’entame du 21ème passage, le fer de lance de la firme au losange opte en faveur des pneus durs, un choix que seul son coéquipier Sainz avait au préalable effectué. Remonté en septième position à la faveur de l’arrêt au stand de ses adversaires, le natif d’Emmerich va bénéficier de l’abandon de Verstappen pour retrouver la sixième position au 47ème tour et ne plus la quitter jusqu’au baisser du drapeau à damier. Auteur d’un sans-faute à Silverstone, Hulkenberg réédite pour la troisième fois de la saison son meilleur résultat de l’année, inscrivant huit précieux points au championnat qui le propulse de neuvième au septième rang mondial avec 42 unités au compteur. Le meilleur des autres c’est lui.

Fernando Alonso

Fernando Alonso top Angleterre 2018

Déjà héroïque il y a une semaine en Autriche, l’Espagnol a réitéré son exploit en conquérant de nouveau les quatre points de la huitième place sur le sol britannique. Auteur samedi de ce qu’il qualifie comme sa meilleure qualification de la saison, il récolte le treizième chrono de la séance reléguant son coéquipier Vandoorne une seconde derrière lui, Fernando Alonso s’est encore montré redoutable d’opportunisme le dimanche en course, profitant à merveille des déboires de ses adversaires pour s’offrir un autre top dix à l’arrivée. Crédité d’un envol quelque peu poussif, le « Taureau des Asturies » se fait sévèrement rudoyé par Perez dans Abbey, perdant ainsi de nombreuses positions qu’il va aussitôt s’empresser de récupérer. Revenu au onzième rang à la fin d’un 1er tour de folie, le pilote McLaren cède logiquement devant l’assaut d’Hamilton au 5ème passage, reculant à une douzième position qui va rester sienne jusqu’à son changement de pneus obligatoire au 14ème tour. Tombé au dix-septième rang après son pit-stop, le natif d’Oviedo regagne progressivement du terrain pour émerger à la neuvième place juste avant l’entrée en piste de la safety-car dans la 33ème boucle. De retour à son box pour troquer ses gommes médiums contre des tendres, le double champion du monde perd une position dans la manœuvre au profit de la Haas de Magnussen. Accroché aux basques du Danois au moment de la relance, l’ancien protégé de Flavio Briatore tente une première manœuvre par l’extérieur dans Woodcote, mais subit le désormais « traditionnel » tassage en règle du pilote le plus antisportif et détesté du paddock. Poussé dans l’herbe par le fils de Jan, « Nando » laisse éclater sa colère à la radio avant de s’essayer à une autre tentative dans Village au 52ème et dernier tour de course. Cette fois Magnussen doit s’incliner, au plus grand bonheur du tout récent vainqueur des 24 Heures du Mans. Superbe d’opiniâtreté en Grande-Bretagne, Alonso enregistre sa seconde huitième place consécutive après le Red Bull Ring et maintient McLaren dans la course à la cinquième place du championnat constructeurs (3 points de retard sur Haas). Phénoménal.

Andrea Noviello

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*