logo warm up f1
Grand Prix d’Abou Dhabi

Les Flops du Grand Prix d’Abou Dhabi

Lance Stroll the flop Abou Dhabi 2017 Lance Stroll termine sa première saison de Formule 1 sur une dernière place à Abou Dhabi.
facebooktwittergoogle_plus

Lance Stroll

Lance Stroll flop Abou Dhabi 2017

La saison 2017 du Québécois se termine comme elle avait commencé : par un bide. Déjà passé au travers de son week-end brésilien, Lance Stroll a encore sévèrement déchanté sous le soleil couchant d’Abou Dhabi, prenant en qualification comme en course une véritable déculottée de la part du vétéran Massa. Pas aidé il est vrai par un moteur en fin de vie, le débutant n’a pourtant rien fait pour arranger son cas, accumulant les approximations au volant lors des essais libres. Parvenu à se sortir de justesse du piège de la Q1, le Montréalais a cependant dû se contenter d’un très modeste quinzième chrono en qualification à plus d’une seconde du temps enregistré par son coéquipier. La claque sera plus violente encore en course. Auteur d’une assez bonne mise en action, le pilote Williams prend le meilleur sur Magnussen et Vandoorne, concluant le 1er tour au treizième rang. Harcelé dès la 3ème boucle par la bien plus rapide Haas de Grosjean, le champion 2016 de Formule 3 va opposer une résistance courageuse, mais bien souvent exagérément agressive au Tricolore. Constamment maintenu sous pression par le pilote Haas, l’ancien membre de la Ferrari Driver Academy contre tous les assauts du natif de Genève, non sans régulièrement se décaler de manière scandaleuse en ligne droite, avant de logiquement finir par s’incliner dans le 12ème tour sur un superbe extérieur de Grosjean. Aussitôt oublié par le Français, le rookie choisit alors de s’arrêter à son box afin de monter les supertendres. Rejeté en queue de peloton, le natif de Montréal éprouvera ensuite toutes les peines du monde à remonter dans la hiérarchie en raison de son incapacité à gérer convenablement la dégradation de ses gommes. Obligé d’effectuer deux arrêts supplémentaires dans les 31ème et 37ème boucles quand l’ensemble du plateau n’a stoppé qu’à une seule reprise, Stroll termine sa piètre prestation à une peu reluisante dix-huitième et dernière place, loin, très loin (1 tour) derrière son voisin de garage Massa. Et dire que Williams a préféré le conserver lui plutôt que le Brésilien …

Toro Rosso

Toro Rosso flop Abou Dhabi 2017

Aux abonnés absents depuis le départ de son pilote étalon Sainz pour Renault à Austin, la petite écurie italienne a sombré dans les grandes largeurs à l’occasion de l’ultime rendez-vous de la saison. Que ce soit en qualification ou en course, Toro Rosso n’a jamais existé sous le soleil déclinant d’Abou Dhabi, endossant même le peu envieux statut de bonnet d’âne du plateau. Encore frappé par une pénalité pour changement de moteurs, la quatrième en autant de Grand Prix, Brendon Hartley s’est contenté de signer un temps (le dernier) dans l’exercice du tour chronométré là où son coéquipier Pierre Gasly, guère plus à son avantage sur l’insipide tracé de Yas Marina, parvenait péniblement à se qualifier au dix-septième rang. Leur journée de dimanche allait être toute aussi calamiteuse. Aidé par le freinage complètement manqué de Magnussen au virage 1, le Français se hisse au seizième rang dès le 1er tour et s’y maintient jusqu’à l’ouverture de la salve des changements de pneus. Remonté en quatorzième position à la faveur des arrêts de Stroll et de Vandoorne, le Tricolore part à la faute dans la 17ème boucle, perdant trois places d’un coup qu’il ne parviendra plus à récupérer. Auteur d’une autre erreur au 37ème passage, Gasly achève son après-midi galère à la seizième place juste derrière son coéquipier dans l’écurie sœur de Red Bull. Parti bon dernier sur la grille, le Néozélandais gagne deux places à l’extinction des feux, se hissant devant la Sauber d’Ericsson et la Haas de Magnussen. Ce sera son seul fait d’arme du Grand Prix. Resté le plus longtemps possible en piste (il s’’arrête au 27ème tour) afin de profiter un maximum de ses pneus ultratendres en seconde moitié de course, le champion en titre d’Endurance traverse cette ultime épreuve de la saison dans l’anonymat le plus total sans jamais pouvoir ne serait-ce que tenter la moindre attaque sur la modeste Sauber de Wehrlein. Privé sur le gong de la sixième place des constructeurs par Renault, Toro Rosso laisse bêtement filer plusieurs millions d’euros qui n’auraient pas été de trop l’an prochain pour tenter de compenser la médiocrité du moteur Honda.

Kevin Magnussen

Kevin Magnussen flop Abou Dhabi 2017

Le pilote le moins apprécié du paddock s’est encore fait remarquer dans la nuit de Yas Marina, mais toujours pas pour de bonnes raisons. Passé à deux doigts d’emboutir une McLaren au départ en raison d’un freinage complètement manqué au virage 1, Kevin Magnussen s’est, de nouveau, tristement signalé par la suite en répétant ses décalages ultra-tardifs en phase défensive. Crédité d’une assez bonne séance qualificative, il signe le quatorzième temps avec deux dixièmes d’avance sur le chrono réalisé par son coéquipier Grosjean, le Danois va en revanche totalement se louper en course. Plutôt bien parti, le pilote Haas perd le contrôle de sa machine au premier virage et sort large dans les run-off avant de revenir en piste sans même ralentir. En lutte avec la Williams de Stroll, l’ancien protégé de Ron Dennis part en tête-à-queue au sommet du virage 3, ruinant ainsi toutes ses chances de bien figurer. Reparti bon dernier après son 360°, le natif de Roskilde bute pendant sept tours sur la Sauber d’Ericsson avant de finalement trouver l’ouverture. Profitant des premiers arrêts au stand de ses adversaires pour remonter dans la hiérarchie, le champion 2013 de F3.5 pointe au quatorzième rang au moment où son équipe l’invite à opérer son propre pit-stop. Retombé en dernière position, le Nordique progresse difficilement grâce aux seuls arrêts des Sauber et Toro Rosso. Trop long à s’effacer devant la Red Bull de Verstappen, ce qui lui vaudra un geste d’humeur du Néerlandais, l’ex-pilote Renault voit ensuite la Sauber de Wehrlein sérieusement le menacer à partir du 41ème tour. Coutumier des manœuvres insensées, le fils de Jan se fend alors de plusieurs changements de direction brutaux pour contenir les attaques du protégé de Mercedes. Sauvé par le surcroît de puissance offert par son moteur Ferrari version 2017, Magnussen conserve jusqu’à l’arrivée une treizième place qui ne suffit toutefois pas à faire oublier sa énième prestation insipide de l’année.

Marcus Ericsson

Marcus Ericsson flop Abou Dhabi 2017

Résolument inquiet sur ses chances de prolonger l’aventure chez Sauber au moment de son arrivée dans le paddock d’Abou Dhabi, le Suédois n’a pas franchement rassuré ses (très) rares partisans à l’occasion de cette ultime représentation de la saison. Alors qu’il avait pris l’habitude de devancer son coéquipier Wehrlein ces derniers temps, Marcus Ericsson a subi tout le week-end la domination du protégé de Mercedes. Avant-dernier chrono des qualifications, le pilote Sauber va se montrer tout aussi transparent en course malgré une monoplace en léger regain de forme sous la chaleur des Émirats Arabes Unis. Auteur d’un envol très moyen, le natif de Kumla gagne cependant une place grâce à la toupie de Magnussen dans le 1er tour. Capable de se maintenir sept boucles durant devant la Haas, l’ex-pilote Caterham cède finalement à l’attaque du Danois et retrouve une place de lanterne rouge qu’il va occuper jusqu’à l’ouverture de la salve des changements de pneus. Conscient que seule une stratégie décalée peut (éventuellement) lui permettre de grimper dans la hiérarchie, le Nordique prolonge un maximum son premier relais avant de consentir à s’arrêter dans la 31ème boucle. Reparti en gommes ultratendres sous le nez de la Williams du débutant Stroll, l’ancien pilote DAMS en GP2 doit s’incliner face Québécois, reculant ainsi en dix-neuvième position. Revenu sur les talons du Canadien en l’espace de quatre tours, le protégé de Longbow Finance dépose Stroll au 35ème passage et récupère une dix-septième place qui sera sienne jusqu’au drapeau à damier. Plus rapide en fin d’épreuve que la Toro Rosso de Gasly, le Suédois ne parviendra toutefois jamais à s’en débarrasser en dépit des gros problèmes de vibrations rencontrés par le Français avec ses pneus. Relégué à 7,2 secondes de Wehrlein à l’arrivée, Ericsson achève de la pire des manières un exercice 2017 au cours duquel il n’aura pas inscrit le moindre point. Sans un généreux coup de main de ses sponsors, il risque de ne pas vivre de cinquième saison en F1.

Andrea Noviello

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Solve : *
44 ⁄ 22 =